Littérature > Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Littérature
par Francis Pian le 11 octobre 2021

Des idées et des luttes. Le monde nouveau

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5999




Vers un monde nouveau ?





L’organisation d’une société anarchiste, voilà qui pourrait relever de l’oxymore ! C’est le défi qu’a relevé Pierre Besnard, dans les années 1930 par un petit ouvrage réédité récemment grâce au groupe Pierre Besnard de la FA, avec l’aide de René Berthier, aux éditions du Monde libertaire.
Comme le souligne René Berthier dans son introduction : « Cet ouvrage est d’importance et toujours d’actualité. Il permet de mieux saisir ce qu’est le fédéralisme libertaire et les rouages à mettre en place pour lui permettre de fonctionner. Il apparaît aujourd’hui comme l’un des textes les plus clairs et les plus concis sur le fonctionnement possible d’une société anarchiste ».

Pierre Besnard insiste sur les conditions incontournables permettant de garantir le succès de la révolution, cela passe notamment par « l’alliance aussi étroite qu’indispensable entre les deux principaux éléments de la révolution : les paysans et les ouvriers ». Les anarchistes en Espagne s’inspireront de cette conception reprenant la thèse de Michel Bakounine. Celui-ci développait aussi la nécessité de disposer d’une conception claire de l’avenir et des institutions nouvelles. Dans ce livre Le Monde nouveau, Pierre Besnard traduit bien sa vision anarcho-syndicaliste, il s’appuie sur les syndicats et les fédérations industrielles qu’il défendit dès 1928, lors du IVe Congrès de l’AIT, celle de Berlin fondée en 1922.

« Construire ? C’est infiniment plus difficile… »
Son livre doit plus se concevoir comme une base de débat et non comme une approche définitive. Tout d’abord parce que nous vivons dans un autre monde que celui de 1920-30, mais aussi parce Besnard invite à débattre et à améliorer son projet initial. Pour autant, il met bien en exergue la difficulté de l’exercice. « Détruire ? C’est facile, mais ce n’est que la partie négative de la révolution. Construire ? C’est infiniment plus difficile et c’est la partie positive de l’œuvre révolutionnaire. »
Reprenant la démarche de Proudhon, il considère que l’économie est la base de la société permettant à l’individu d’exister.
Le lecteur sera surpris par le degré de précision dans l’organisation, une conception quasi-scientifique qui pourrait rappeler certaines pages des socialistes du XIXe siècle souhaitant créer des sociétés parfaites. Les pages consacrées à l’éducation soulignent une fois de plus l’intérêt des anarchistes pour l’accès de tous aux connaissances et à la culture avec une reprise d’un texte de James Guillaume d’une belle actualité.

Le syndicat et la commune
L’antiétatisme mérite aussi l’attention car l’auteur ne se contente pas de contester, il propose la complémentarité entre le syndicat et la commune. « L’Union locale est un rouage syndical qui agit exclusivement sur le plan économique tandis que la Commune est un rouage administratif qui fonctionne sur le plan social. » La question se pose de la désignation des responsables de ces structures. L’élection sera nécessaire et un passage du livre fait clairement référence à l’affiche de la Garde nationale préalablement à l’élection de la Commune de Paris. Méfiance à l’égard des politiciens : « pour le peuple, c’est le sens vulgaire [de la politique] qui prévaut, et non sans raison ». Aussi il est préférable d’utiliser le terme administration, sans créer une bureaucratie qui prendrait le pouvoir sur le peuple. « Nous ne verrons plus de ces gaillards revêches et grincheux, qui meurent d’ennui derrière leurs guichets. » Le travailleur doit rester le maître de ses décisions. « C’est lui qui discute, décide, agit et contrôle. »

Par quoi remplacer l’État ?
Pierre Besnard s’efforce de couvrir de nombreux champs de la vie sociale. Certes certains points sont rapidement traités, d’autres sont au contraire approfondis et je note la modernité de sa réflexion sur la gestion des services publics, la nécessité de « protéger la vie de l’individu tout au long de l’existence ». Il s’attaque même à la question de la sécurité dans une société anarchiste en évitant l’écueil de la naïveté et en interrogeant davantage le lecteur sur les cas complexes.

Certains souriront devant la confiance dans les statistiques, les graphiques, les études, les planches en annexe, mais c’était aussi une vision de l’époque. D’autres critiqueront la complexité apparente de ce Monde nouveau. J’ai la faiblesse de penser que la société actuelle n’est pas plus simple et que la confusion ne règle rien. La question déterminante : Comment remplacer l’État ? - pour qui souhaite réussir cette révolution - conduit Pierre Besnard à proposer une déclaration de principes reprenant les droits politiques et sociaux toujours actuels suivie d’un projet de constitution qui mériteraient, toutes deux, d’être étudiées par les cohortes d’étudiants en droit façonnés par l’idéologie dominante. Pierre Besnard rappelle que l’être humain reste supérieur à toutes les entités et autres structures publiques ou privés, sur la base de l’égalité sociale.

Francis Pian

Le Monde nouveau. Organisation d’une société anarchiste, Pierre Besnard. Ed du Monde libertaire, 2021


PAR : Francis Pian
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler