Littérature > Des idées et des luttes : La rafle du Vel d’Hiv.
Littérature
par Francis Pian le 10 juillet 2022

Des idées et des luttes : La rafle du Vel d’Hiv.

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6617



Quatre-vingts ans après : xénophobie, antisémitisme, bureaucratie





Ce fut de toutes les nuits d’horreur de la Seconde guerre mondiale et de l’Occupation, la plus sinistre en France. Au petit matin du 16 juillet 1942, les forces de police française, celles de la Préfecture de police quadrillent les quartiers parisiens, pénètrent dans les immeubles, défoncent les portes des appartements pour arracher à la vie plus de 12 000 juifs, 8 000 hommes et femmes, 4 000 enfants pour les envoyer dans les camps d’extermination. Il y eut d’autres opérations de police comme les qualifiait le gouvernement de Vichy et ses affidés mais, la Rafle du Vel d’hiv reste dans les mémoires comme l’épouvantable symbole de la « chasse aux juifs » menée par la police française. Voici 80 ans, la logique génocidaire à l’origine de la Solution finale est mise en œuvre par la Préfecture de police avec la complicité du gouvernement de Vichy ainsi que l’expose Laurent Joly, dans son livre La Rafle du Vel d’Hiv publié chez Grasset.

Une rafle programmée avec minutie

J’insiste sur la précision et la qualité du travail de Laurent Joly, directeur de recherche au CNRS. La froideur des chiffres rend encore plus horrible les faits qui seront décrits dans l’ouvrage. Pas d’invention, non, des extraits de rapports, de comptes-rendus écrits par les forces de l’ordre. Des interrogatoires à la Libération et des hommes qui ne regrettent rien pour la plupart, estimant avoir effectué leur travail car il y avait trop de juifs indésirables, selon eux.
Savoir que ces gens, le plus souvent, n’ont été que faiblement sanctionnés, maintenus en fonction sous la IVe République laisse pantois le lecteur qui se berçait d’illusion sur l’épuration.
L’exemple de René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy est éclairant. Certains affirment qu’ils ont obéi aux ordres mais d’autres ont fait preuve de zèle, de violence en s’affichant antisémites. D’autres encore ont devancé les desiderata des occupants à l’instar de Pierre Laval qui invite à évacuer les enfants. Ces mêmes occupants seront surpris de l’attitude des autorités françaises.
Il faut rappeler que la xénophobie gouvernementale était antérieure à l’Occupation, les décrets Daladier de 1938 contre les indésirables en sont la preuve, sans oublier la peur frénétique de la 5ème colonne. La presse d’extrême droite comme Je suis partout se déchaine contre les juifs accusés d’alimenter l’extrême-gauche. Nos amis espagnols n’oublient pas ce qu’ils ont, eux aussi, vécu. Il y a un fort courant xénophobe en France avant-guerre. Tout le monde connaît le statut des juifs renforcé par Pétain devançant les demandes de l’occupant. En 1941, il est interdit aux juifs de travailler en contact avec le public, une méthode bureaucratique pour affamer des familles qui vivent du commerce.

Les pages du livre de Laurent Joly consacrées à la préparation des opérations des 16 et 17 juillet démontrent la précision bureaucratique, le découpage des quartiers, la composition des équipes d’arrestation (1 600 équipes et 3 200 policiers), une noria de bus pour transporter les victimes, la mobilisation des commissaires de police dont certains seront particulièrement virulents. On arrête des « mal étoilés », on déporte des anciens combattants de Verdun. Relevons cependant que d’autres feront preuve d’humanité et préviendront les victimes. « Ne dormez pas chez vous cette nuit. » La honte et le remords mineront certains policiers. N’oublions pas qu’il y aura aussi des résistants dans leurs rangs.

Le livre gagne aussi en densité humaine par le suivi des familles du début de l’Occupation jusqu’à Auschwitz. Comment ? Tout simple par les lettres, des mots jetés sur le parcours du train, les rapports, les témoignages. Écoutez les dans ces pages, Abraham, Eda, Salomon, Frida, Dora (penser au livre de Patrick Modiano, Dora Bruder), Lazare mais aussi Pierre, Maurice, Georges, Paulette. Des enfants de nationalité française.

Des lieux de rétention sordides
Autant la rafle est programmée, autant l’accueil est improvisé. L’horreur du Vel d’Hiv, celle du camp de Drancy, du camp de Beaune-la-Rolande. Je ne donnerai pas lecture de ces scènes, il n’est pas question pour nous de verser dans le voyeurisme. Là aussi vous lirez.
La population française plutôt indifférente au sort des juifs bascule à ce moment, occupants et collabos mesurent les conséquences, les RG établissent des rapports éloquents.
Attention, ne versons pas naïvement dans le tout résistant. Il y aura après, d’autres rafles jusqu’en mars 1944, des policiers zélés, des concierges dénonciatrices estimeront faire leur devoir de français. La lecture des lettres de dénonciation est éclairante, mais après on est dans le déni !! On ne savait pas, on obéissait, on n’avait pas compris …
La fuite sera difficile pour les survivants. Pour aller où ? En zone sud, à la campagne, chez des amis ? Qui est ami ? On est bien seul quand on est indésirable. Certains en ont réchappé, très peu, et nous en reparlerons dans l’émission Au fil des pages sur Radio libertaire mercredi 14 septembre.

Je citerai, en conclusion, Laurent Joly : « Quatre-vingts ans après, la grande rafle résonne toujours douloureusement comme l’un des évènements les plus terribles et les plus difficiles à appréhender de notre histoire contemporaine. » J’ajouterai : et à admettre !

Francis Pian

La Rafle du Vel d’Hiv. Paris Juillet 1942, Laurent Joly. Ed Grasset, 2022

Retrouvez- nous sur Radio Libertaire 89.4 ou sur le net et en podcast, les 2e et 4e mercredi de 17 h à 18 h 30 dans l’émission Au fil des pages avec analyse et lecture d’extraits d’ouvrages, interviews d’acteurs de la chaîne du livre.

PAR : Francis Pian
Groupe Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
Des idées et des luttes : Cahiers Tristan Corbière
Des idées et des luttes : Témoins
Des idées et des luttes : La France contre le monarque.
Des idées et des luttes : Libre nature.
Des idées et des luttes : La Commune de Paris
Des idées et des luttes : Dictionnaire de l’anarchie
Des idées et des luttes : S’unir, travailler, résister, les associations ouvrières au XIXème siècle
Des idées et des luttes : Vivre ma vie. Une anarchiste au temps des révolutions
Des idées et des luttes : Au cœur du grand déclassement, La fierté perdue de Peugeot-Sochaux.
Des idées et des luttes, les routes de Nestor Makhno
Des idées et des luttes, Sur les routes que j’ai parcourues.
Des idées et des luttes, La Suisse et la Commune de Paris, 1870-1871
Des idées et des luttes, Le Pen, Le Peuple
Des idées et des luttes,
Des idées et des luttes, bureaucratie.
Des idées et des luttes, La révolution à venir
Des idées et des luttes, Le grand détournement
Des idées et des luttes, la révolution russe en Ukraine
Des idées et des luttes, l’émancipation par les savoirs
Des idées et des luttes, La valeur du service public
Des idées et des luttes, Retronews n°2
Des idées et des luttes, Flora Tristan
Des idées et des luttes. Ubérisation, et après ?
Des idées et des luttes. Culture de masse et société de classes.
Des idées et des luttes. L’enfer des passes
Des idées et des luttes. La démocratie en état d’urgence
Des idées et des luttes. Le Puritanisme vert. Aux origines de l’écologisme.
Des idées et des luttes. La liberté ou rien
Des idées et des luttes. Une histoire visuelle de Solidarnosc
Des idées et des luttes. Ceux qui trop supportent
Des idées et des luttes. Un Siècle d’Antimilitarisme Révolutionnaire
Des idées et des luttes. La résistible ascension du néolibéralisme
Au fil des pages… sur Radio libertaire, dès le 8 décembre 2021 à 17h
Des idées et des luttes. L’Empire qui ne veut pas mourir. Une histoire de la Françafrique
Des idées et des luttes. Découvrir la Commune de Paris
Des idées et des luttes. Le 17 octobre des Algériens
Des idées et des luttes. Une brève histoire de l’anarchisme
Des idées et des luttes. Rétronews
Des idées et des luttes. Luigi Lucheni, l’anarchiste qui tua Sissi.
Des idées et des luttes. Commune de Paris, 1871-2021, Toujours Debout !
Des idées et des luttes. Le monde nouveau
Des idées et des luttes. Les anarchistes dans la ville
Des idées et des luttes. Les luttes et les rêves
Des idées et des luttes. Errico MALATESTA
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler