Histoire > Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac
Histoire
par Francis Pian le 14 juin 2021

Des idées et des luttes :Le peuple du Larzac

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5750





Gardarem lo Larzac



1971-2021 ; cinquante ans de luttes, d’espoir, de volonté de vivre des habitants d’un territoire sur les Causses dans le sud du Massif central. Encore aujourd’hui, le Larzac vit. « Il ne faut donc pas voir dans l’histoire du peuple du Larzac la défense d’une identité figée, mais au contraire une lutte pour une zone en devenir. » Pour comprendre un territoire, il faut en connaître l’histoire et notamment l’histoire des luttes. Pourquoi l’extension du camp militaire va autant mobiliser les habitants de ce territoire alors que d’autres secteurs comme Canjuers n’ont que très peu réagi ? Que s’est-il passé ? Les habitants d’autres régions touchées par des opérations dites d’intérêt public ne peuvent-ils pas s’en inspirer dans leurs luttes actuelles ?




Un peuple qui se construit
Philippe Artières, historien, nous y invite par la géologie. Dans un style qui rappelle celui-ci d’Elisée Reclus, il nous fait entrer sur un causse desséché, en apparence désertique, les forêts ont disparu voici bien longtemps, les hommes cherchaient du bois pour alimenter leur industrie. « La pauvre région des Causses n’a que ses beautés pittoresques pour toute fortune ! » estime un scientifique de la fin du XIXème siècle. Mais il a aussi ces femmes et ces hommes, ils arrivent tôt dans la préhistoire, les ordres religieux comme les Templiers suivront, tout comme les parpaillots (protestants), la vie est pauvre. Les ovins constituent la seule richesse, ils sont partout y compris lors d’une manifestation sous la Tour Eiffel en 1972, d’où l’estime dans laquelle les bergers sont tenus. Durs à la terre, durs dans les luttes. Dès 1907, les cabanières, les femmes surexploitées se mettent en grève à Roquefort et elles obtiennent satisfaction. Ce célèbre fromage sera un élément clé de la lutte pour le Larzac, une image. A Millau, se développe l’industrie des gants mais la crise viendra et les grèves aussi. Le peuple du Larzac se construit de tous ceux qui viennent de gré ou de force. Une colonie pénitentiaire pour enfants s’installe dans des conditions aussi sordides que celles de Belle-Ile-en-mer. Puis l’armée arrive à la Cavalerie en 1903, « Le camp du Larzac est appelé à devenir un des principaux camps de France » souligne un journaliste. Des mutineries éclatent en soutien aux viticulteurs en 1907, le camp devient perméable aux luttes sociales et aux actions antimilitaristes dans les années 30. Des réfugiés républicains espagnols y sont parqués, ils seront remplacés par les prisonniers algériens pendant la Guerre d’Algérie puis par les Harkis. Philippe Artières, par ce parcours dans l’histoire, veut nous montrer que le peuple du Larzac est cette mosaïque de gens qui sont venus un temps ou pour y rester.

Lanza Del Vasto, un apôtre de la non-violence, installe sa communauté à proximité, manifestera notamment par des jeûnes son soutien aux paysans et ceux-ci montreront un vif intérêt pour la non-violence. Des rumeurs courent dès les années 60, elles deviennent réalité en 1970 lorsque la droite nationale et locale annonce la décision de l’extension du camp. La réaction ne se fait pas attendre et rétrospectivement, « le projet d’extension du camp transformera une terre en danger et un causse de résistance. Dans l’ombre de la menace du projet militaire s’inventera en effet une formidable expérience de devenir communautaire autour d’une cause : la défense des terres agricoles. »

La défense des terres agricoles

La solidarité locale joue assez efficacement, les paysans veulent garder leur indépendance et ne pas se faire dicter leurs positions, ni manipuler. En 1971, ils créent l’Association de sauvegarde du Larzac et mettent en place une stratégie de rassemblement. Certes ils reçoivent de nombreux soutiens politiques mais c’est entre eux qu’ils prêtent le serment des 103 de ne pas céder. Les médias sont dans les mains du pouvoir gaulliste, seuls des journaux comme le nôtre ou La Gueule ouverte, Libération font état de ces luttes. Alors, ils écrivent eux-mêmes leur histoire dans leurs journaux, s’unissent dans des structures agricoles, les GFA, les CUMA, ils montent à Paris avec leurs tracteurs,



construisent des bergeries, les initiatives se multiplient avec le soutien d’autres travailleurs en lutte comme ceux de Lip. Les solidarités deviennent nationales et plus tard internationales. Août 1974 marque le début des grands rassemblements sur le Causse, les Rajals.



On débat, on échange, on se soutient, ce n’est pas une distraction estivale. Mais l’armée et les instances de l’État menacent les plus fragiles, condamnent des militants à de la prison ferme. En 1981, l’État change d’attitude et une solution juridique est trouvée pour sécuriser les agriculteurs. Un laboratoire foncier, la Société civile des terres du Larzac, voit le jour en 1985. Pour autant, le Larzac reste un espace de luttes et de débats, la dénonciation de l’Organisation mondiale du commerce, la mondialisation, la malbouffe dans un esprit Larzac : « Ici, pas besoin de se pousser, il y avait de la place pour tout le monde ; pas de ligne juste à ne pas franchir, pas de majorité à ne pas fâcher, mais une circulation ouverte des individus, des idées et des biens. […] Une égalité de fait dans les limites temporaires d’un site à la fois géographique et historique. Une condition sans doute aussi nécessaire que stimulante pour que le penser global et l’agir local s’articulent conjointement ».

Francis Pian

Le peuple du Larzac, Philippe Artières. Ed La Découverte, 2021
PAR : Francis Pian
Groupe La Commune de Paris
SES ARTICLES RÉCENTS :
des idées et des luttes. L’anarchisme et notre époque
des idées et des luttes. Chers camarades !
des idées et des luttes. La fascinante démocratie du Rojava
Des idées et des luttes. L’émancipation des travailleurs Une histoire de la Première internationale
des idées et des luttes. Le massacre des italiens Aigues-Mortes, 17 août 1893
Des idées et des luttes. La grande confusion
Des idées et des luttes. Ne nous libérez pas, on s’en charge
Des idées et des luttes. Ennemis d’État
Des idées et des luttes. La lucidité
Des idées et des luttes. Fourmies la Rouge
Des idées et des luttes. Commun-Commune (1871)
Des idées et des luttes. « L’usine a donné le rythme »
Des idées et des luttes :Lip 73. Piaget
Des idées et des luttes : La liberté est une lutte constante
Des idées et des luttes : Comment vivre après Tchernobyl ?
Des idées et des luttes : Syndicalisme et répression aux USA
Des idées et des luttes : May Picqueray
La bibliothèque Communale 9e fournée
La bibliothèque Communale 8e fournée
La bibliothèque Communale 7e fournée
La bibliothèque Communale 6e fournée
La bibliothèque Communale 5e fournée
La bibliothèque Communale 4e fournée
La bibliothèque
La bibliothèque
La bibliothèque
Mémoires d’une communarde mais pas seulement !!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler