Littérature > Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie
Littérature
par Sylvain Boulouque le 29 octobre 2021

Soyons féroces avec les bouffeurs d’hostie

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6049

Ce recueil d’une très riche qualité iconographique vient rappeler utilement l’importance de l’anticléricalisme dans la culture libertaire. A la Belle époque, nombres de caricaturistes étaient orientation libertaire : Jules Grandjouan, Aristide Delannoy, Gustave Jossot, René Hermann-Paulin, Paul Poncet, Frantisek Pupka et Francisque Poulbot. Tous ont participé peu ou prou au mouvement anarchiste par la plume et souvent par l’action. Entre 1901 et 1912, ils sont livrés à un véritable concours de férocité pour dénoncer de la religion comme un moyen d’oppression sous toutes ses formes : intellectuelle, sociale, culturelle. L’Assiette au Beurre a été un des supports principaux du combat anticlérical. Rappelons que le journal a été par ailleurs porteur des thématiques portées les anarchistes : féminisme, antimilitarisme, anticolonialisme, anticapitalisme.




Le recueil vient utilement rappeler le rôle de l’église dans la société et dénoncer la peste religieuse pour reprendre l’expression de l’anarchiste allemand Johann Most. Pour croquer les curés, Jossot n’a pas son pareil : repus, complice des riches,… Les dessins de Grandjouan sur le rapport entre l’église et l’enfance sont aussi d’une brulante actualité… Les uns comme les autres rivalisent d’imagination pour dénoncer l’alliance du sabre et du goupillon, du trône et de l’autel, l’entente pour dominer les esprits ou soutenir la colonisation. Les superstitions, à l’image de la célébration de la nativité, sont traitées avec un sens de la dérision qui frise la cruauté. L’année 1905 occupe une place particulière, tous les auteurs se font concurrence pour montrer l’opulence et l’hypocrisie de l’Église. Enfin, la religion comme asservissement atteint le sommet dans l’art de la caricature, celle de Théophile Steinlen mérite le détour, la fausse naïveté de Poulbot vaut également le coup d’œil. Le recueil livre un marge panel de ces œuvres forts bien reproduites.

« Tuons-les par le rire », tel était l’objectif de la caricature. Elle n’est plus dans l’air du temps. Quel triste temps, aussi gais qu’un ostensoir, pourtant à regarder ses dessins et à lire les commentaires, on en redemanderait volontiers une petite louche… non plutôt un plein chaudron…

Sylvain Boulouque

L’Assiette au beurre croque les bigots, Ludivine Péchoux. Editions de la lanterne 2021 330 p. 26 €
PAR : Sylvain Boulouque
SES ARTICLES RÉCENTS :
Au travail !
Emma
Emile
Portraits de staliniens
La mémoire d’un vaincu ?
Les filles du Kurdistan Une révolution féministe
Joe Hill
Terreur d’État en URSS
Francisco Ferrer, assassiné par l’Église avec la complicité de l’État
Le coin-lecture du 15 mars
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 30 octobre 2021 10:39:28 par Luisa

- Merci pour cet article.
Les religions aboutissent rarement à autre chose qu’un chaos perpétuel. Puisse ce livre mélange d’images et d’Histoire, être la pierre tombale du catholicisme moribond. Peut-être aussi parviendra-t-il à donner l’envie et la nécessité de brosser le portrait de l’islamisme dont l’existence s’exprime par la terreur et la soumission diluées dans le sang ! Un chaos perpétuel pour des millions de personnes partout dans le monde …