Chroniques du temps réel > Le théâtre de la vie
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 24 octobre 2020

Le théâtre de la vie

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5181

Croyez-vous que nous ayons envie d’aller au théâtre ? Bref, nous voilà scotchés par les horaires, les masques, le fric et le moral qui descend en flèche. Reste le théâtre de la vie alors pour se sustenter.




Quand je vais voir le boucher dans sa caravane sur la place du village, je crois voir un acteur. Je jouis de le voir se démener avec ses couteaux. Je frémis lorsqu’il entame un pâté en croute. Il a une bonne bouille avec son masque transparent. Je ne peux m’empêcher d’observer ses clients familiers. Moi l’étrangère, je continue à me demander qui je suis. Pas possible d’échanger un sourire ni même un clin d’œil.

Je me mords les lèvres avec mon complexe d’étrangère mais je rigole en levant les yeux vers le ciel. Masquée ou pas, je suis invisible car trop voyante avec mon faciès de chinoise.

L’autre jour, je me plaignais tout haut d’un chauffeur d’autobus qui ne daignait pas bouger de son siège pour m’aider à faire entrer le fauteuil roulant de mon ami. Coronavirus oblige, pas de contact avec les usagers, c’est le mot d’ordre. Un jour, parce que j’étais seule à manœuvrer le fauteuil, il a basculé dans le décor et mon ami s’est retrouvé à l’hôpital. Le théâtre de la vie, n’est-ce pas ! Émotion garantie !

Un brave type m’a répondu : Tout ça c’est la faute aux Chinois.
Et moi, pauvre conne, je me suis sentie visée.

Tout le monde ne réagit pas comme ça. Il y a un Sénégalais employé dans le palace du village qui nous aide chaque fois qu’il nous voit pour la montée et la descente du fauteuil dans le bus. Il parait que dans le palace, la bouteille d’alcool, la plus chère vaut 10.000 € ; Un jour un client l’a commandée, a bu un verre et a abandonné ladite bouteille que la valetaille s’est empressée de vider. Le théâtre de la vie, quoi !

On ne voit plus de touristes chinois dans le beau village d’Eze, l’argent coulait, il ne coule plus. …Le village en hauteur a été épargné par la tempête Alex. Je venais juste de lire la nouvelle « Inondation » de Zola quand j’ai appris le drame du couple d’octogénaires victimes de la crue de la Vésubie.

J’ai marché sur un escargot au milieu de la route et cela m’a rendue triste. Les escargots, je les ai toujours aimés, en ce moment, ils s’installent sur les branches des buissons et forment de merveilleux bouquets.

Avec ma laisse d’étrangère, je me balade. Faudrait que je m’en débarrasse de ce complexe d’étrangère. Mais je ne sais plus à quel monde j’appartiens et c’est tout de même bizarre, je me sens plus proche du chat sauvage qui fuit pourtant à mon apparition lorsque je dépose des croquettes sur la terrasse. Comme je le comprends ! Ce n’est sûrement pas une hallucination de ma part, cette étincelle qui a fusé de son visage et qui m’a consolée du regard éteint de mes congénères.

Il faut continuer à maladroitement écrire. Adieu les sentences, les drapeaux, les vitrines ! Pipi de chat, bouillie et grumeaux nous éclairent mieux sur nos digestions amères que les phrases bien lisses.
N’ayons pas d’autre arme à poing que notre humilité. Humus égal terre !

Eze, le 24 Octobre 2020

Evelyne Trân

PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 27 octobre 2020 19:12:03 par Luisa

Très touchant .... Merci pour ce partage

2

le 2 novembre 2020 16:21:48 par Anne

Hallucinant le réflexe du chauffeur de bus ! il n’y a donc pas de plateforme ? Et puis les réflexions connes des gens...