Chroniques du temps réel > Bol d’air
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 9 novembre 2020

Bol d’air

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5206



Qu’est devenue la belle colombe ? Et ton rire grassouillet, bel ange ? Vous avez voulu étreindre la liberté, la statue de la liberté dans un zoo mais la pauvre s’est écroulée à vos pieds, s’est agenouillée, a crié pitié aussi piteusement qu’une baudruche enflammée.

Ah si vous aviez pu tendre la main à cette liberté fantoche et tristounette, coincée en trois branches d’un arbre rachitique, vous l’auriez reconnue en lambeaux, en haillons, aussi pâle que la mort. Vous l’eussiez adoré plus que le saint suaire sans craindre le blasphème. Elle qui essuya les plâtres de votre soumission tel un drapeau sali, mais planqué à la cime.
La pauvre liberté, aussi égarée qu’un fantôme à poil, s’écrie :
« Justice, justice, au secours Baudelaire, venez à mon secours »
Alors Baudelaire remontant une à une les marches de sa tombe, ouvrant les fleurs du mal à la page folie, ressuscite cette fleur fanée, martyrisée qui sent le soufre. Pour avoir demandé à un mort comment s’écrit le mot liberté, d’un cerne, d’une supplique, tel un insecte bourdonnant sous une feuille, le poète ose danser à quatre pattes sur le fumier qui rêve : Polichinelles en plâtre, gargouilles de Notre-Dame, salières à la brocante, crottes de chien, enregistrent, sans détour, quelques conversations :
« J’ai cassé une potiche, la statue de la liberté, mais hier je l’ai rachetée au supermarché, avant d’écrire son nom sur son visage flétri à l’once d’une fleur fanée. Bof, bof, c’est ta faute, fallait la faire rire ta statue ! Pardon ? Oui, si un oiseau est capable de chier sur une belle sculpture, toi tu peux écrire sur un manche à balai le mot « liberté ». Baudelaire, bol d’air, ben voyons, pardon, je ne vous avais pas reconnu ! »

Eze, le 7 Novembre 2020

Evelyne Trân



PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 9 novembre 2020 14:19:48 par Luisa

Oh ! Qu’est-Ce que ça fait du bien !
Merci beaucoup !