Religions et autres mythes > Solidarité avec les petits dieux
Religions et autres mythes
par Céd. le 6 décembre 2020

Solidarité avec les petits dieux

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5281




« Chienne de vie ! » se lamentait un petit dieu sur son nuage.
Jadis, quand il faisait un temps de chien la nuit
Et que les hommes se couchaient apeurés en chien de fusil
Pour échapper à ses furies, ses anathèmes et ses orages
Il inspirait alors une crainte christique à ses brebis.
Ses bergers allemands, vicaires franquistes et mères courage
Gardaient le troupeau et s’assuraient de son hommage
A coups de ciboire sur le crâne et de rasades de vin gris.

Mais les temps avaient changé depuis quelques décennies.
Dès qu’on leur reconnaît du chien, les femmes à la fleur de l’âge
Désertent les églises au profit des chemins de halage
Promenant librement leur basset et tenant en laisse leur mari.
Le petit dieu s’était donné un mal de chien pour voiler leur visage
Et avait consigné sa réglementation dans un petit livre de bondieuseries
Sans autre résultat tangible que la fuite sans merci
Des paroissiennes refusant d’aliéner leur liberté et de se retrouver otages.

Révélant ses plus noirs desseins, littéralement fou et en nage
Le petit dieu rappela qu’on préfèrerait toujours l’original à la copie
Que les chambres à gaz n’étaient qu’un détail de l’histoire nazie
Et qu’un chien dans un jeu de quilles fait beaucoup de ravages.
Mais les chiens aboient et la caravane passe sans souci
Le petit dieu aurait dû s’y résigner et ne pas en prendre ombrage.
Mais qui veut noyer son chien l’accuse de la rage
Il voulut combattre mordicus cette diablesse d’hérésie.

Il convoqua donc un synode et les édiles de son parti
Se regardèrent en chien de faïence comme des enfants en cage
Pendant que le petit dieu vindicatif vitupérait contre le marivaudage.
« Lorsqu’elles m’arrivent aux cieux, les vieilles sont non seulement décaties
Mais ont perdu depuis belle lurette leur foi et leur pucelage.
Avec leur air de chien battu, elles se foutent littéralement de bibi
Tout ceci me rend malade comme un chien et me coupe l’appétit
Regardez, ma gamelle reste pleine de son potage. »

« On dirait des comédiennes sortant tout juste d’un tournage
Poursuivit le petit dieu dont les aboiements donnaient le tournis
On dirait des putes faisant le tapin le long de la rue Saint-Denis
Ah peste de la carogne ! J’enrage ! J’enrage ! J’enrage ! »
Officiers et sous-officiers entreprirent de calmer le papi
« Saint-Père, souvenez-vous de votre triple pontage
Vos viscères sont mal en point et vos cojones déjà hors d’usage
Qui va piano devient salaud, nous viendrons à bout de cette chiennerie. »

Quelque peu rasséréné, le petit dieu alla vider sa vessie
Convaincu qu’il était la victime innocente d’un diabolique sabotage.
Que les hommes accèdent à la raison et échappent aux mirages
Etait aussi incroyable que la conception sans coït par la vierge Marie.
Il pensait avoir toujours œuvré pour faire barrage
A l’émancipation des chiens-chiens et des grenouilles de parvis.
Mais les chiens couchants et les derviches eux-mêmes avaient fini
Par considérer que de leur vie de chien il fallait tourner la page.

Trafalgar, Médor et Salazar, les trois fameux rois mages
Reprirent leur bâton de pèlerin et regagnèrent le pays
Où Jésus avait pour la première fois pissé au lit.
Ils se noyèrent dans un Jourdain rendu sauvage
Par la colère des hommes et la nature en furie.
Tous conjuguèrent leurs efforts pour mettre fin au voyage
Des sbires du petit dieu et à leur tentative d’achalandage.
On ne les traiterait plus comme des chiens, pardi !

Depuis, « In dog we trust » était devenue la contrepèterie
Préférée des athées rigolards et d’un vaste aréopage.
Mais quand tous mettaient fin aux bavardages
Ils se rappelaient que ni dieu ni chien ne sauraient plus régir les vies.
Les femmes pourraient se coiffer à la garçonne et porter des corsages
Et même se promener dans la rue en sous-tif à minuit.
On n’accepterait plus les mensongères trumperies
Pas plus que la flétrissure associée aux infâmes tatouages.

Céd.
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Avis du conseil de l’ordre des médecins
Exit
Bourru philosophe
De guerre lasse
Pour toi, mon amour
Du mariage en général et des mariés en particulier
Dans quel monde vivrait-on ?
Faux-ami
CBD
Au Danemark
Jonathan Vian
Il y a…
Casse-tête olympique
Décalcomanie
Décalé
Home Sweet Home
Sports en berne
Au fil des âges et du temps qui passe…
Souvenirs de vacances
Sonnez !
Paedophilia
Œufs en folie
Le couvre-feu des chefs
Désinfection
Échappée belle
Histoire naturelle
Considérations logiques
Nostalgie quand tu nous tiens…
L’étendard sanglant est levé
Sagesse antique
Extrême droiture
Simple conclusion
Modes & Travaux
Triste sort
Réponse du député de la 1ère Souscription de la Somme d’Argent, François Rupin.
Apprentis dictateurs
Agatha christique
HP
Quai de la marine
Saint-Sylvestre
Braderie militaire
Homophonie
Une morale sympathique
Rockin’ the Republicans
Excursion printanière
Drôle de guerre
Mais voici la guerre
Omelette bien baveuse
EMC
Veuillez décliner votre identité !
Homo ça pince
Délit... Délit...
Ajustements langagiers
Penta garrulus glandarius
Corona mon amour
Cure
Macronie - Talibanie
Rude endormissement
Vivre et ne rien regretter
Boucs émissaires
Crépuscule
La Légion de l’horreur
Leçon de français
Défense de François Fillon
Déscolarisation
Hymne à la police
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 8 décembre 2020 17:48:12 par Luisa

Ça fait partie d’un beau moment de la semaine !
Merci beaucoup ( Le poisson rouge dans son bocal )