Chroniques du temps réel > Déscolarisation
Chroniques du temps réel
par Céd. le 28 juin 2020

Déscolarisation

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4931





C’était devenu un vrai problème public
On avait sondé les rythmes biologiques
Reproduit des planches anatomiques
Sans trouver d’explications logiques.

Dénués de tout symptôme neurasthénique
Les élèves étaient restés mutiques
Drapés dans un silence poli et énigmatique
Désertant les classes de propédeutique.

Des mois sans école en contexte épidémique
Suivis de semaines de congés périodiques
Avaient rompu le mécanisme et la rythmique
De la coercition ordinairement subie sans critique.

Le refus de tout enseignement classique
La disqualification des activités docimologiques
Le rejet même de toute entreprise scolastique
Navrait un corps enseignant rendu famélique.

Dans les hautes sphères une peur panique
Gagna les plus lucides parmi les caciques
Qui comprirent que l’organisation hiérarchique
Ne résisterait pas à cette opposition pacifique.

Et ce ne serait pas à coup de mastic
De demi-mesures et de réformes tactiques
Que l’on pourrait rendre antalgique
Un retour sur les bancs du collègue unique.

***

Une proposition de réforme chimérique
Adossée à un étrange projet utopique
Fut livrée au premier cercle politique
Par un quidam friand d’opéra-comique.

Renonçant aux solutions algorithmiques
Et suivant une orientation fantasmatique
Il avait usé de la ressource cannabique
Pour pondre cet essai programmatique.

On cessa ainsi d’enseigner les mathématiques
Au profit de disciplines fort peu académiques.
La mise à l’index des raisonnements scientifiques
Fut contemporaine de l’élévation du sabir astrologique.

La chiromancie devint la forme canonique
De transmission des savoirs pratiques.
Les exercices à visée médiumnique
Proliférèrent en cours de gymnastique.

Si l’on avait promu la pataphysique
La science-fiction et l’onomastique
L’usage du latex ou du plastique
La réforme eut paru sympathique.

Mais le fatras parapsychologique
Et les enseignements cabalistiques
Générèrent un flux entropique
Et une déscolarisation chronique.

***

L’entreprise fut qualifiée d’hérétique
Et son promoteur exclu de la République.
On le pourchassa comme un vil moustique
Le renvoyant à ses syncopées tantriques.

Le retour à une ingénierie paramétrique
Fondée sur des modèles algébriques
Formalisée en programmes informatiques
Sonna le glas des rêveries fantastiques.

Place fut faite à des vipères aspic
Inspecteurs, recteurs et autres sous-flics
Pour résoudre de manière énergique
Le problème de l’absentéisme caractéristique.

Après une année quasi sabbatique
L’école étant devenue fantomatique
Qu’allaient-ils mettre en musique
Pour solutionner la rude problématique ?

« Cela occasionnera des problèmes gastriques
Disons-le clairement, il s’agit de la colique
Mais un traitement aux barbituriques
Sera administré aux escaladeurs de portique.

Il faut rendre justice au panoptique
On tient là la solution technique
Pour contrôler tous les loustics
Et astreindre à une reprise canonique. »

***

Un nouveau cap fut ainsi fixé sans hic
Quasi identique aux formes historiques
Qui avaient rendu si erratique
La scolarisation de millions d’ironiques.

S’imposa là l’acide désoxyribonucléique
– ADN selon la formule acronymique –
De toutes ces vieilles bourriques
Attachées aux idées anachroniques.

Sous couvert de réformes heuristiques
Un tombereau de préceptes émétiques
Fut infligé de manière dogmatique
Aux familles traitées en moujiks.

L’éducation est chose diabolique
Quand elle se veut hygiénique
Normalisatrice et homéostatique
Laissée au soin d’esprits cyniques.

Nul besoin d’être un beatnik
Pour refuser qu’à l’instar du joystick
Les enfants soient des périphériques
Manipulés comme de vulgaires lombrics.

Bernique !

Céd.
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Leçon de français
Défense de François Fillon
Hymne à la police
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 28 juin 2020 22:54:17 par Bérangère

Texte atomique ;- )

2

le 29 juin 2020 21:37:37 par CED

Merci Bérangère. Une rime à laquelle je n’avais songé. Céd.