Antiracisme > Crépuscule
Antiracisme
par Céd. le 25 juillet 2020

Crépuscule

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5001




Je vous parle là de l’époque où le crépuscule
Des hommes crépus fut l’objectif d’un groupuscule
Qui résolument ambitionna de faire la bascule
De l’idée à son application en caractère majuscule.

En ce temps-là, d’aucuns jubilaient et le bras tendu
Attestait la foi déterminée et la fidélité absolue
Au chef hurlant son exigence de voir pendus
Ceux que la milice avait trainés par le cuir chevelu.

Ayant pris le pouvoir avec le concours des forces
De l’ordre les putschistes avaient introduit un divorce
Entre ceux qui se défiaient des promesses retorses
Et la masse des suiveurs acceptant toutes les entorses.

Les contradicteurs furent purement et simplement
Eliminés et l’ensemble des arguments contrevenant
A la ligne établie par le haut commandement
Décrétés passibles de peines d’emprisonnement.

Il était devenu défendu de rappeler que le berceau
De l’humanité trouvait son siège entre deux eaux
D’Afrique et qu’assassiner ces descendants d’homo
Revenait à liquider nos frères de sang et de peau.

La préservation méthodique de la pureté raciale
S’adossait à un plan et à une logique glaciale
Empruntant au génocide sa mécanique infernale
Pour éradiquer la vermine de façon radicale.

La haine ne rencontrait plus d’autre contre-feu
Que la résistance obstinée de quelques vieux
Qui rapportaient glacés que sous d’autres cieux
Et en d’autres temps on avait déjà joué à ce jeu.

Mais la vieillesse était synonyme de vieillerie
Pour les jeunots qui attribuaient à la braderie
Le rôle d’accueillir les grands-pères décatis
Ou présumés tels et qu’ils désiraient voir occis.

Le déchaînement de violence fut digne
De l’holocauste et la valeur insigne
Des assassins fut louée par des signes
De reconnaissance des gardes-lignes.

Cette époque-là s’est glissée dans le noir
De ma nuit et sous forme d’un cauchemar
Si réaliste qu’il me paraît bien illusoire
De penser qu’il me quittera sans histoire.

Céd.
PAR : Céd.
SES ARTICLES RÉCENTS :
Boucs émissaires
La Légion de l’horreur
Leçon de français
Défense de François Fillon
Déscolarisation
Hymne à la police
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 29 juillet 2020 17:40:01 par Luisa

Rien de plus pressé que de vivre sans oppresseur, sans État ! Merci Cèd !

2

le 29 juillet 2020 19:37:25 par Céd.

Merci Luisa pour tes commentaires. Autant d’encouragements à continuer.