Dans un sale État > Bris-Collage vers la septième semaine
Dans un sale État
par Pierre Sommermeyer le 26 avril 2020

Bris-Collage vers la septième semaine

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4749

Les covidés, les territoires et nous : Souvent je parle avec mon frère en diagonale, eh bien oui, il est au sud de Toulouse et moi je suis à l’est, le Grand Est. Donc nous parlons, nous échangeons, nous pouvons même nous empailler. Ce qui me surprends toujours c’est qu’il n’a pas la même vision covidienne que moi. Il m’a suffi de voir une carte de France des régions covidées pour comprendre. Chez lui, il n’y a presque rien. Chez moi c’est rouge vif, et bien sûr chez lui c’est rose bien clair, et à côté, en Aquitaine, c’est carrément blanc. La France est coupée en deux, il y a les rouges, Grand Est, Ile de France et Hauts de France et les autres. Pourquoi imposer aux Pâles ce qui est incontournable pour les Rouges ? Parce que la France est une et indivisible, pardi ! Pourtant l’Allemagne vient de donner l’exemple que le fédéralisme était le plus fort. Merci la révolution française !

Donc nous allons être déconfiné dans un désordre total. Au départ il était question de le faire région par région. Ce qui est apparu bientôt comme une aberration, les Régions de notre cher pays relevant de la vision avinée d’un énarque bourré. Le pas suivant dans ce cheminement à haut risque fut le passage à la notion de territoire. Très bien ! Comment les définir. Les départements furent créés à la Révolution Leur taille devait être telle que chaque citoyen puisse accéder à son chef-lieu en une journée de cheval au maximum. Aujourd’hui un territoire sera-t-il défini en fonction du nombre de malades ou de morts ? Il ne semble pas que cela sera partout pareil, ce qui en soit sera une atteinte à notre république une et indivisible.

Je n’ose parler de la question scolaire ! Pour la première fois depuis Jules Ferry, elle ne sera plus obligatoire, mais soumise à la bonne volonté des parents et des enfants aussi, probablement ! Si le poste de ministre de l’EducNat se libère, merci de ne pas penser à moi ! Je ne voudrais pas non plus être professeur, j’en connais quelques-uns qui ne savent pas très bien comment ils vont se tirer de ce mauvais pas.




De l’autre côté, à 1 km d’ici à vol d’oiseau, ça déconfine à tout de bras. Et l’angoisse monte de même. Lundi, 27 avril, les masques seront obligatoires partout sauf sans la rue… Personne ne sait si cela sera suffisant. C’est une expérience grandeur nature. En France on saura d’ici le 11 mai si cela a fonctionné de l’autre côté du Rhin. On croise les doigts.

La récession :
On n’avait jamais vu cela, le baril à moins quelque chose, c’est comme les emprunts à moins 0%. La chute des 7 sœurs, Exxon, Mobil, Chevron, Gulf Oil, Texaco, BP et Shell, la fin du pétrole de schiste, les sables de l’Alberta vont pouvoir respirer, un peu, et le chômage là-bas augmenter à vie d’œil.

Donc l’économie est à l’arrêt. Sous la roue de la croissance permanente s’est glissé le grain de sable du covid et cela a suffi. La planète est à l’arrêt. Les chiffres s’alignent les uns après les autres, tous plus consternant les uns que les autres. La récession nous guette, la récession est là avec son cortège de catastrophes. Il faut aller travailler pour redresser la situation. Les enfants doivent retourner à l’école pour que les parents aillent à l’usine. Et particulièrement ces enfants-là sur lesquels on se lamentait alors et qui deviennent aujourd’hui l’excuse majeure pour renvoyer leurs parents au charbon.

Pour lutter contre la récession, les pouvoirs, États et autres banques dégagent des sommes au niveau incompréhensibles pour le simple pékin. A quoi correspond pour chacun d’entre nous 2000 ou 3000 milliards d’Euros ? Vous ne savez pas ? Moi je sais, à une menace !

Il suffit d’avoir lu des romans ou des études sur ces plantations où travaillaient des ouvriers libres qui avaient accès à des comptoirs pour s’approvisionner. Les comptoirs appartenaient aux patrons qui les employaient. Ces ouvriers pouvaient y acheter, à crédit, leur nourriture. Ils devaient donc travailler pour rembourser leurs crédits qui augmentaient plus vite que leur salaire. Formellement libres, ils étaient esclaves de fait jusqu’à la révolte. Vu le montant des sommes « prêtées » il n’y aura pas de limite pour tout rembourser, jusqu’à la révolte ?

L’entraide partout. En dehors de l’État des centaines d’initiatives ont pris corps, entraide avec les plus vieux confinés, fabrication de masques, les machines à coudre reprennent de l’activité, des maires de petite villes ou villages créent des groupes WhatsApp pour coordonner leurs efforts vers le déconfinement. Tout cela se passe hors des structures administratives légales. C’est l’illustration même des idées libertaires, la mise en musique de l’entraide de Kropotkine qui ne faisait que rendre compte des capacités de solidarités humaines depuis les origines des temps. Nul besoin de parti, de syndicat, juste faire ce qu’il y a à faire. Partis et syndicats sont incapable de comprendre ce qui se passe en dehors d’eux, de comprendre que sous leurs yeux se dessine en actes le monde dont nous avons besoin. Il faut donc déconfiner pour que revienne le monde normal.
Pierre Sommermeyer
PAR : Pierre Sommermeyer
SES ARTICLES RÉCENTS :
Bris-collages, vers la sortie
Bris-collages autour du covid19
Mourir pour iPhone
Qui a peur de la non-violence ?
Dernières nouvelles internationales des Objecteurs de conscience
Islamophobie, islamofolie, islamophilie…
Watchmen
Un arbre et la forêt
La peste brune, hier et aujourd’hui
De la désobéissance civile et autres petites choses
Ancien article : La Reine des neiges et les petites mains
Chaque règle de sécurité concerne la cordée, mais pas seulement
Discussions avec Rassinier
Discussions avec Rassinier
Une histoire de portraits
Ils ont voulu sortir Macron !
Anarchistes et juifs 1949-1950
Fétichisme et antiterrorisme
ceci est un coup de pub
Objecteurs de conscience en Israël
Anarchistes et juifs. De la fin de la guerre à la création de l’Etat d’Israël
Juifs, peuple, État, des questions ?
Les fleurs jaunes des ronds-points
Le débat chez les anarchistes et leurs amis à propos de la Palestine entre les deux guerres
De l’affaire Audin et de quelques autres choses
L’anarchisme en Palestine entre les deux guerres
Israël, la victoire de Jabotinsky ?
Anarchistes et juifs entre les deux guerres
Anarchistes et juifs entre les deux guerres
Contingent rebelle, Patrick Schindler Editions (L’Echappée)
La Reine des neiges et les petites mains
Jean Genet : Traces d’ombres et de lumières (Aux Éditions libertaires)
En attendant la guerre...
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler