Luttes syndicales > Sous-traitance encore, maltraitance toujours
Luttes syndicales
par Ramón Pino le 15 novembre 2021

Sous-traitance encore, maltraitance toujours

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6085



Les conflits se suivent et se ressemblent dans les hôtels, qu’il s’agisse d’établissements économiques ou de prestige. C’est le cas actuellement de l’hôtel Le Berri dans le 8ème arrondissement de Paris. La cause ? Toujours la sous-traitance et ses dérives. Cette fois-ci c’est l’entreprise sous-traitante « Luxe et Traditions » (tout un programme!) qui est en cause.

Petit rappel historique : en 2015 une grève dans plusieurs hôtes de luxe menée par les femmes de chambre s’était terminée victorieusement en obtenant notamment pour ces salariées du nettoyage de nouvelles conditions financières, entre autres un 13ème mois et une indemnité nourriture. Aujourd’hui prétextant la fermeture de plusieurs établissements du même groupe (W Opéra et Marriot Rive Gauche) due à la crise sanitaire, la société sous-traitante Luxe et Traditions (tout un programme!) , exige de ses salarié-e-s (la plupart étant des femmes issues de l’immigration), de signer un avenant à leur contrat de travail, par lequel elles renoncent à ces avantages acquis il y a six ans. Celles qui acceptent de signer peuvent continuer de travailler, les autres, Luxe et Traditions les menace d’être mises « en absence injustifiée » et d’engager contre elles des procédures disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement pur et simple. À noter d’ailleurs que certaines de ses salarié-e-s ne lisent pas, ou bien mal le français, et ont signé cet avenant sans comprendre qu’elles renonçaient à leurs acquis.

Les autres ont refusé et ont entamé une grève. C’est pourquoi mardi 9 novembre elles étaient rassemblées devant l’établissement où elles travaillent habituellement (l’hôtel Le Berri) pour protester et exiger le maintien de leur 13ème mois et des indemnités de nourriture.




Rassemblement conséquent avec l’aide de leur syndicat CGT-HPE qui a conduit de nombreuses grèves victorieuses ces dernières années, et qui exige la fin immédiate du harcèlement moral exercé sur certaines salariées pour les contraindre à quitter la société sous-traitante qui les emploie.

Le combat ne fait que commencer et les rassemblements vont se poursuivre. La grève de l’hôtel Ibis avait duré … 23 mois et s’était terminée par la satisfaction des revendications des femmes de chambre. La grève de l’hôtel Campanile au Bourget avait duré … 4 jours et s’était également terminée par l’obtention d’avantages pour les salariées. Cette nouvelle lutte de femmes de chambre se terminera à n’en pas douter par une nouvelle victoire contre la sous-traitance qui les surexploite.

Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador Seguí




PAR : Ramón Pino
Groupe anarchiste Salvador Seguí
SES ARTICLES RÉCENTS :
Levée du piquet de grève à Monoprix belleville
Travailleurs sans papiers en lutte
Hôtels : Les grèves se multiplient
Les retraités ne battront pas en retraite
Monoprix : Toujours en lutte
Victoire !
La précarité dans la rue
Certains ont la mémoire qui flanche
Les élections passent, l’exploitation demeure
Manif !
SOUS-TRAITANCE = MALTRAITANCE
Hôtel IBIS en grève
Secteur hôtelier : encore une victoire
UNITÉ OU RAVALEMENT DE FAÇADE
Anti-syndicalisme primaire
Casse-tête chinois en Espagne
anarcho-léninistes ( ?), anarcho-capitalistes (??), anarcho-collabos (!!)
MONOPRIX ST ANTOINE CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE
Mort programmée de la distribution de la presse
La lutte de classe c’est ici
Retraités mais pas inactifs
Expulsions - inculpations
14-N : un pas en arrière, trois pas en avant
Eduardo Colombo (1929-2018)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler