Les articles du ML papier > "L’ANARCHIE OU LE CHAOS"
Les articles du ML papier
par Florence le 3 juin 2019

"L’ANARCHIE OU LE CHAOS"

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4061

de Philippe Godard nov. 2018 éd. Calicot

Article extrait du Monde libertaire n°1805 d’avril 2019
Par son langage clair, simple et concis, ce livre est une passionnante initiation sans jargon, accessible à tous à partir de la classe de première. Cette synthèse classée par notions est idéale en cours de philo.
L’auteur fait le point en prévenant qu’il serait insensé de prétendre tout dire de l’Anarchie qui pense le monde et se pense au jour le jour.

Tentative de résumé de l’ouvrage :
À l’inverse du chaos anarchique, qu’on se le dise une fois pour toutes, l’Anarchie est très organisée !
Elle est une utopie ancrée dans le réel ; à la fois une pensée en mouvement et un mode de vie en action dans le refus de parvenir. Quatre notions-clef : ni Dieu, ni chef, ni État, ni dictat de l’argent. Trois maître-mots : équité, solidarité/entraide et coopération.
L’Anarchie prône toute forme de désobéissance civile à une Autorité imposée de l’extérieur qui bride l’autonomie de l’individu. Toutefois, la fin, même la préférable, ne justifie jamais les moyens. Au contraire, les moyens donnent sens au but et permettent sa réussite.
La conséquence doit aboutir à la suppression de l’État dont la violence répressive divise les anarchistes quant au mode d’action : contre-violence révolutionnaire ou non-violence ? Un regret : avoir évacuer la question de la contre-violence récente – depuis les années de plomb jusqu’aux black-bloks – qui peut séduire l’âge visé de la jeunesse, car les partisans des deux sensibilités s’accusent mutuellement de servir le pouvoir en place nullement gêné par le pacifisme poltron VS la vaine violence qui renforce l’État policier. L’urgence du débat ne doit pas être minimisée dans le contexte actuel de plus en plus répressif.
Présentation en "français facile" des rouages de la finance, de la consommation et de leurs incidences écologiques. Réflexion très stimulante sur l’impact de la science, sur la "folie" et sur l’illégalité. Sans oublier les fondamentaux anarchistes que sont l’éducation et l’abolition des frontières.

L’auteur cite avec précision ses sources étendues. Sa proximité est perceptible envers l’anarchisme individualiste et les courants italiens. Aucune référence espagnole.

Pas de chapitre "social", en filigrane tout au long du livre.

Un manque majeur : aucune entrée à propos des femmes, mot non mentionné, rien sur la sexualité comme si l’adolescence n’en était pas concernée ! Comment un libertaire aguerri peut-il oublier la moitié du monde ? Sachant que c’est une anarcho-syndicaliste espagnole, la première femme ministre en Europe, qui fin 1936 légalisa la contraception et l’avortement. Alors que l’auteur cite abondamment Emma Goldman dont la vie personnelle était très libre. Et ce d’autant plus que les positions des femmes anarchistes ne sont pas uniformes, depuis les anarcha-féministes jusqu’à celles qui refusent toute spécificité dans les luttes.

Hormis cette incompréhensible carence, embrasser un si large spectre de façon à la fois dense et digeste, sans trahir la richesse de l’Anarchie, était une gageure. Voici un exemple réussi de vulgarisation, très complémentaire de l’approche des "Anarchistes" d’Irène Pereira paru chez La Ville Brûle en 2009.

Au prix modique de 10€, les cahiers cousus garantissent une meilleure solidité à ce format de poche.
Une référence pour les néophytes et les hésitants, mais aussi pour les déjà impliqués souhaitant "réviser leurs bases" et afin de les aider à répondre aux questions des enfants.
PAR : Florence
"des cailloux dans l’engrenage".
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 7 juin 2019 10:07:06 par Gruselle Jean Christophe

Très intéressant clair j’invite à le lire