Les articles du ML papier > Du non intérêt de construire le communisme libertaire …dans un cimetière !
Les articles du ML papier
par Jean-Marc Raynaud le 28 décembre 2020

Du non intérêt de construire le communisme libertaire …dans un cimetière !

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5336

Article du Monde libertaire n°1822 de novembre 2020





Jadis, les anarchistes, toutes tendances confondues, ont été des pionniers en matière de beaucoup de choses. Tel n’est plus le cas depuis déjà un certain temps.


Un métro d’avance

Fin du dix-neuvième siècle nous étions à la pointe de l’internationalisme prolétarien avec la 1ére Internationale. Les capitalistes, eux, en étaient encore à la concurrence entre États nation. Avec les Bourses du Travail nous jetions les fondations du syndicalisme révolutionnaire tandis que les patrons ne s’unissaient qu’en petit comité, se combattant les uns les autres. Avec Paul Robin, l’orphelinat de Cempuis et l’éducation intégrale (intellectuelle, manuelle, physique) nous étions les premiers à mettre en œuvre la mixité (coéducation des sexes).
Au vingtième siècle, nous fûmes à l’origine de la CGT et d’un syndicalisme de lutte de classe. Dans le même temps, nous fondions des communautés libertaires (les milieux libres) avec retour à la terre, végétarisme, naturisme, amour libre… à la clef. Avec Sébastien Faure et la Ruche, Francisco Ferrer et les écoles rationalistes, nous fûmes une source d’inspiration pour Célestin Freinet et son mouvement de l’École Moderne. Avec Eugène Humbert et Gabriel Giroud nous initiâmes un mouvement néo-malthusien qui déboucha sur un engagement majeur en faveur de la contraception et de la vasectomie (stérilisation masculine). Dans les premières années de la révolution en Russie nous nous battîmes pour une troisième révolution (tout le pouvoir aux soviets débarrassés de la dictature bolchevique) tandis qu’en Ukraine, avec Makhno, nous sauvions la révolution russe en mettant en déroute l’armée blanche de Dénikine tout en jetant les bases du communisme libertaire dans de vastes régions. En Espagne nous mîmes en œuvre la plus grande révolution sociale de tous les temps avec, entre autre, la collectivisation non dictatoriale des moyens de production. Déjà, lors de la Commune de Paris, et ensuite, nous fûmes constamment aux avants postes de la démocratie directe, du fédéralisme, du mouvement coopératif (de production et de consommation), du collectivisme, de l’anticapitalisme, de l’anticléricalisme, de l’antimilitarisme, de la critique du réformisme, du parlementarisme, du communisme autoritaire, de l’avant-gardisme…
Bref, hier encore, tout en étant de son temps, notre projet politique, social, culturel… faisait rêver car il incarnait un autre futur. Rêver ! Un autre futur !




Des semelles de plomb
Depuis le milieu du vingtième siècle, c’est un fait, nous avons perdu de notre superbe. Nous ne sommes plus que quelques rescapés errant en bandes éparses et rivales. En soi, ce pourrait ne pas être dramatique s’il n’y avait pas ce phénomène nouveau pour nous, à savoir que nous sommes orphelins de tout projet crédible et désirable aussi bien pour le présent que pour le futur et que, ce faisant, nous ne faisons plus rêver.

Oh, certes, nous sommes toujours présents dans le mouvement syndical, mais dispersés aux quatre vents de toutes les médiocrités bureaucratiques réformistes voire collaborationnistes. Ici et là, à titre individuel ou de petits groupes, on nous retrouve aussi dans les luttes sociales (grèves, gilets jaunes, zades, manifs diverses, soutiens aux exploités et opprimés de toutes sortes…,) mais toujours à la remorque de ceux et celles qui en sont à l’initiative. Jamais en détonateurs ou minorité agissante. Tout au plus, mais comment faire autrement avec nos petits moyens et notre désunion chronique, faisons-nous éclore quelques petits perce-neige alternatifs (Radio Libertaire, Bonaventure, les Éditions libertaires, quelques AMAP libertaires, quelques journaux et revues confidentiels, quelques librairies…) dans le grand manteau blanc de l’hiver politique, social et sociétaire du moment. Bref, non seulement nous ne sommes quasiment rien, non seulement nous ne sommes pas à l’initiative de grand-chose, mais surtout, après avoir chevauché le vent, tout concourt à penser que nos bottes de sept lieux d’hier sont devenues des semelles de plomb. Un peu comme si notre être profond s’était pétrifié, figé à jamais dans des analyses et des modes d’action et d’organisation d’hier.

Qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en afflige, le capitalisme d’aujourd’hui, comme le type de société qu’il induit, sont d’une forme très différente de celle qui était la leur à la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième. Oh, certes, sur le fond comme sur l’essentiel, le capitalisme n’a pas changé de nature et, à bien des égards, il est même encore plus vorace. La mondialisation capitaliste, la financiarisation de l’économie, le néocolonialisme, l’abrutissement des masses via des avalanches de pub, les médias traditionnels aux ordres, les pseudo réseaux sociaux comme soupapes de sécurité à tous les délires de l’insignifiant signifié, la surconsommation de l’inutile, la société du spectacle, la marchandisation des choses et de la vie…, changent cependant la donne. Car, si la classe ouvrière et les cohortes innombrables des forçats de l’exploitation de l’homme par l’homme sont aujourd’hui plus nombreuses que jamais, elles sont profondément émiettées dans l’espace et le temps de la lutte de chacun contre tous. C’en est, en effet, fini des grosses unités de production favorisant l’organisation des damnés de la terre et l’émergence d’une conscience de classe. C’en est fini des châteaux facilement identifiables des maîtres de forge surplombant des vallées industrieuses tout aussi facilement identifiables. Désormais, non seulement le capitalisme a envahi la planète toute entière avec ses innombrables tentacules financiers anonymes, mais il a réussi à imprégner de ses valeurs d’individualisme version loi de la jungle, le conscient et l’inconscient de ses esclaves. Et c’est kif kif pour ce qu’il en est des cent mille fronts de l’oppression. C’est la vieille mais efficace tactique : diviser pour régner.

Or, devant cette évolution indéniable du capitalisme, nous et l’ensemble du mouvement ouvrier, en sommes restés à une vision des choses du siècle dernier. Et cela nous conduit à des formes de lutte et d’organisation complètement décalées par rapport à la situation présente. Ici, là et ailleurs, nous en sommes réduits à la nécessaire mais insuffisante défense d’acquis d’hier, dramatiquement incapables de luttes offensives pour des droits nouveaux avec de nouveaux modes d’organisation à la clef.

Pire, pour en être restés à des schémas de pensée et des analyses datées qui furent pertinentes mais qui le sont moins (comme la primauté de l’industrialisation forcenée, le productivisme, la croissance sans fin, la croyance dans le remède miracle des « progrès » de la science et de la technique…), nous avons loupé l’essentiel de la crise écologique qui affecte et infecte aujourd’hui les conditions même de la vie humaine sur la planète. Et, ça change tout !




Après la pluie, le beau temps ?
Si nous voulons sortir de nos sacristies respectives qui bruissent tous les dimanches de nos odes à un passé glorieux trop souvent mythifié et être de nouveau les ouvriers d’un autre futur, plusieurs conditions doivent être remplies.
Ouvrir enfin les yeux sur ce qui fait que le capitalisme d’aujourd’hui, tout en n’ayant pas changé de nature, n’est plus vraiment le même que celui d’hier.

Sur la base de ces analyses théoriques, nous devrons alors élaborer un projet de société crédible et désirable. Car, pour l’heure, nous en sommes orphelins. Certes, nous sommes anti-capitalistes. Encore heureux. Mais, par quoi allons-nous remplacer le capitalisme ? Par le fédéralisme libertaire, bien sûr. Mais, concrètement, ça donnerait quoi, aujourd’hui, le fédéralisme libertaire ? Et puis, natürlich, dans une société libertaire il n’y aurait plus d’argent. Mais, sauf à en revenir au troc, par quel moyen d’échange le remplacerions-nous ? Par une monnaie fondante avec une valeur décroissante ? Pas bête car ça scie la branche de toute thésaurisation. Mais ça doperait alors la consommation à outrance. Et quid de la propriété, de l’héritage, des relations avec un extérieur capitaliste et hostile, du commerce international, de notre diplomatie, des usines d’armement, de l’armée, de la gestion de la sécurité une fois les prisons détruites, des usines d’armement, de l’armée, de tous ces secteurs comme l’industrie pharmaceutique, la chimie, ces mégalopoles invivables, le sport business, la liberté d’expression, l’autogestion politique, économique et sociale, l’école, les impôts, le réseau routier, la décroissance de l’inutile, une politique de la natalité, l’accueil des migrants, … ? Comment allons-nous gérer tout cela ? Concrètement. En sachant qu’il faudra du temps pour reconvertir la plupart des merdiers actuels, mettre les villes à la campagne, passer du chimique au bio…

Bref, pas simple que de vouloir détruire pour reconstruire ? Pour reconstruire une société fonctionnant de manière libertaire avec, de toute évidence, une majorité de non libertaires pur jus.

Mais, soyons optimistes et osons l’hypothèse selon laquelle nous parviendrions à définir concrètement ce qu’il pourrait en être d’un autre futur crédible et désirable, se poserait, alors, le problème de savoir comment faire franchir à cette hypothèse le test implacable de la réalité. Car, vu notre nombre, et même s’il croissait au-delà de nos espérances, il nous faudrait bien nouer des alliances (déjà entre nos tribus respectives) et définir des périodes de transition. Et, donc, quelle stratégie et quelles tactiques employer ?

Enfin, et surtout, face à l’urgence de la crise écologique, de l’épuisement des ressources fossiles, de la fonte des pôles, de l’élévation du niveau de la mer, de la pollution de l’air, de l’eau et des sols, de la course suicidaire à une croissance sans fin dans un monde fini, de l’extinction de masse de nombreuses espèces vivantes, du réchauffement climatique, … qui nous menacent à court ou moyen terme d’un effondrement systémique, que faire tout de suite alors qu’il est peut-être déjà trop tard ? Car se contenter de critiquer l’écologisme, ses mystiques comme ses politicards, le piège à con d’un capitalisme verdâtre, la petite Greta…, c’est sans doute nécessaire, mais c’est assurément insuffisant. Sauf à penser que l’on puisse construire le communisme libertaire dans un cimetière !

Qu’en pensez-vous ?

Jean-Marc Raynaud

PAR : Jean-Marc Raynaud
SES ARTICLES RÉCENTS :
Faits d’hiver. La France s’ennuie !
Crise de foi : Du principe de précaution
À propos des Éditions libertaires
Agnosticisme et athéisme
De l’extrême lenteur ou De l’extrême précipitation De la « Justice » !
Action directe non violente
Détournements d’avions. Le bal des faux-culs.
De l’instruction en famille
Faits d’hiver : Non-assistance à personne en danger ?
Crise de foi : Camarade curé, sous la soutane tu restes un travailleur
Crise de foi : Pénurie de sable… En Arabie Saoudite
Faits d’hiver : Eau putride et balles en caoutchouc…métallisées !
Faits d’hiver : De l’indignation à géométrie variable !
Faits d’hiver. Le sort de Navalny entre les mains de Dieu ?
Par-delà le bien et le mal !
Faits d’hiver : Roméo ( 76 ans ) Et Juliette ( 83 ans ) !
AMNISTIE Hier, pour la Commune Aujourd’hui, pour le pays basque
La vie, la mort, l’amour
Crise de foi. Si même l’Église catholique ne croit plus en Dieu… !
Crise de foi. Tout fout le camp !
Faits d’hiver. Un nouveau virus chez les gendarmes, Les procureurs et les juges… La connerie !
« Maître de l’opportunité des poursuites » Bref voyage au pays de la justice bourgeoise
Faits de grand hiver. Chaud devant !
Faits de printemps : Tue ton patron !
Faits d’hiver : Là où tous puent… Un seul sent à peine mauvais !
Faits d’hiver : Sauver la République ?
Faits d’hiver : De l’instruction à domicile
Crise de foi : Fake news
Faits d’hiver : Confinement et santé publique !
Faits d’hiver. Affreux, sales et méchants… Et cons !
Faits d’été : Un métier non essentiel !
Faits d’été : Je suis athée… Dieu merci !
Au pays du sophisme déconcertant
Faits d’hiver : Des gens d’armes et des gens !
Faits d’hiver : Désobéissance civile
Faits d’hiver : 17 octobre 1961… 17 octobre 2020. Tout un symbole !
Par delà le bien et le mal !
De la servilité judiciaire… Et de la lâchitude politique
Faits d’été : Arrêtez de toujours nous dire merci !
Faits d’hiver : Et maintenant écoutons !
Faits d’hiver : Mort sans ordonnance !
Faits d’hiver : 122 ans de prison !
Faits d’hiver : De la présomption d’innocence à géométrie variable !
Crise de Foi : Laissez venir à moi les petits enfants !
Faits d’hiver : De la « légitime défense » !
Faits d’hiver : Détresses respiratoires
Crise de foi. Un manque à gagner de 70% pour l’Église
Faits d’hiver : De la liberté d’expression Sous… le Macronavirus !
Faits d’hiver : Toujours demander à parler… Au chef !
Faits d’hiver : Pour enrayer l’épidémie Une seule solution
Faits de grand hiver : Chiens policiers un jour… Chiens policiers toujours !
Faits d’été : Quand les blacks blocs offrent leurs masques… Aux hôpitaux !
Faits d’hiver : Le confinement va être terrible !
Radio Paris ment. Radio Paris est allemand !
Quand des policiers détournent les armes… Des terroristes !
Faits d’hiver : Quand la France refusait de vendre des armes à … !
Avant-garde, lutte armée et processus de paix !
Cent mille coups d’épingle tuent plus sûrement… Qu’un coup de massue !
Faits d’hiver
God save Notre Dame
Une mandoline pour Pierre
Bref voyage au pays de la « justice » déconcertante !
Faits d’hiver : "Selon que tu seras... !"
Île d’Oléron, ni Dieu, ni maître, ni McDo
Actes de colloques sur la Grande Guerre
D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 28 décembre 2020 17:43:21 par Eyaflalajokül

Bonjour compagnon,
un très très bel article qui pose de bonnes questions sur lesquelles travailler et apporter pas une mais des réponses concrètes. Le problème du télétravail qui pose aussi le problème de la fragmentation des salariés qui ne peuvent plus réfléchir de façon collective à leurs sorts.
L’écologie oui est un axe primordial, pour les luttes.
Ce n’est pas un reproche mais tu m’a mit un peu le blues. Mais m’en fous je reste à la F.A. quand même.
je répète un bel article.
Merci Jean Marc.

2

le 28 décembre 2020 19:27:25 par Luisa

Flamboyant ! Ça décoiffe ! Ouvrir les yeux c’est déjà réaliser l’importance et l’ampleur des dégâts
Un article nécessaire ! MERCI !

3

le 28 décembre 2020 21:31:52 par Luisa

Au risque de déranger ( ... ), et en parodiant Coluche : - « t’arrives à Tombouctou avec un plan de Paris, y a pas une rue qui correspond ! »
C’est ce que je pense lorsque j’entends certaines personnes très méprisantes se contenter de discutailler dans l’entre soi, jusqu’à nier la réalité des données ... Triste constat qui se paie chaque jour au prix le plus fort !

4

le 29 décembre 2020 01:33:09 par Damien

Je trouve ton article plein de lucidité.

5

le 29 décembre 2020 14:32:59 par Philippe

J attendais depuis longtemps ce genre d article.
Je le relirai et le partagerai.
Comment remplacer le système économique capitaliste. On nepeut être seulement anti, il faut proposer et rendre ces propositions envisageables.

6

le 2 janvier 2021 18:14:55 par Carlos Santos

C’est déroutant cet état des lieux
Les chantiers sont incommensurables.
Début com

7

le 3 janvier 2021 23:17:20 par Le comité de rédaction

à l’intention de FREDERIC BEAGUE : merci de nous contacter sur
monde-libertaire@federation-anarchiste.org à propos de votre commentaire ( trop long pour être publié ici )

8

le 4 janvier 2021 14:17:30 par Franck PLAZANET

Merci pour ce texte qui ouvre un débat : ce n’est pas rien ! On mesure aux commentaires déjà parus, cette envie de débatte. Une mise à jour du projet, sans se renier, mais en prenant en compte les nouvelles questions qui se posent aujourd’hui, c’est ce qui peut permettre de retrouver ce métro d’avance. Oser utiliser le mot ’Anarchiste’ pour ne pas devenir fade ( et les idées aussi... ), et en s’affirmant, être visibles. Etc. Merci Jean Marc ( Groupe FA H.Laborit )

9

le 21 janvier 2021 12:48:46 par FREDERIC BEAGUE

Pour appuyer le questionnement de Jean-Marc : comment croire en l’avènement d’une société anarchiste vu les conflits qui semblent insurmontables et durables rien qu’au sein de notre petit monde anarchiste ? Nous sommes divisés en groupes et chapelles ( une dizaine en France selon wikipédia )parfois très hostiles, s’attachant plus à ce qui les sépare ( souvent des querelles d’égos et de personnes d’ailleurs sans rapport avec notre critique de l’individualisme et du culte de la personne en démocratie représentative ) qu’à ce qui les unit autour du même idéal anarchiste ? Si nous n’arrivons pas a établir la démocratie directe et le fédéralisme entre nous, comment l’établir au niveau d’un continent ou du monde ?

10

le 23 janvier 2021 23:36:47 par FREDERIC BEAGUE

Si nous voulons un jour peser à nouveau dans le débat national voire espérer rendre possible une révolution anarchiste, ne faudrait-il pas chercher à créer un mouvement de masse et pour cela faciliter les conditions d’adhésion et d’entrée au sein de la Fédération anarchiste ( Ce qui permettrait aussi de nous ramener des finances supplémentaires ) ? Il est actuellement plus difficile d’adhérer à la Fédération anarchiste, directement ou par le biais de l’ un de ses groupes, que dans n’importe quel parti politique important pour lesquels toute adhésion ( dont la paiement de l’adhésion ) peut se faire sur internet en quelques minutes. Quant à nous, nous faisons tout pour rester ultra-minoritaires par suspicion envers tout-e postulan-et à l’entrée de notre mouvement : peur de l’entrisme, peur que la personne ne soit pas à 100 % d’accord avec notre profession de foi et nos dogmes, peur que son CV politique ne soit pas immaculé et ne témoigne pas d’un attachement à l’anarchisme dès la naissance... Nous sommes contre les frontières nationales, nous nous disons fédéralistes et libertaires, mais nous faisons tout pour cultiver un certain entre-soi et mettre des barrières pour empêcher d’autres de nous rejoindre....

11

le 27 janvier 2021 10:19:56 par FREDERIC BEAGUE

Si nous ne voulons pas passer notre vie à agir vainement pour l’anarchie, ne faudrait-il pas se poser enfin la question de savoir si l’image que nous donnons de nos idéaux à l’opinion publique est productive ou non ? Quand nous applaudissons aux violences physiques commises par certain-e-s anarchistes lors de manifestations, quand nous mettons en avant dans Le Monde libertaire des guerrier-ère-s anarchistes du passé, quand nous témoignons tellement d’empathie pour les délinquant-e-s emprisonnées que nous semblons nous moquer du sort de leurs victimes, quand nous disons toute notre haine des policier-ère-s, des plus fortuné-e-s, des croyant-e-s, des politicien-ne-s professionnel-le-s, comme s’ils n’étaient pas eux-elles-mêmes des hommes et des femmes comme nous et comme si nous étions prêt-e-s à tou-te-s les exterminer, faut-il s’étonner que peu de monde croit que l’anarchisme mène à une société fraternelle, solidaire, égalitaire, pacifiée ? Faut-il s’étonner que les anarchistes et l’anarchisme fassent peur à l’immense majorité des citoyen-ne-s de ce pays et de tout autre ? Et avons-nous conscience qu’en agissant de la sorte nous faisons le jeu de nos adversaires pour les quel-le-s il est ainsi on ne peut plus facile de démontrer, sans effort et grâce à nous, que les anarchistes sont bien les partisan-e-s de la haine et de la violence , et non pas les partisans de l’ordre pacifié et sans pouvoir que nous prétendons être ? Quelle crédibilité avons-nous surtout à dénoncer la violence des autres ( capitalisme, police, Etat, armée... ) quand nous légitimons toute violence au service de nos idéaux ? demander si les anarchistes ne sont pas devenus les pires ennemi-e-s de leur cause....