Nouvelles internationales > D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 28
Nouvelles internationales
par Operation Solidarity le 24 mars 2022

D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 28

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6376

Opération solidarité – Jour 28



24 mars 2022

A nos ami.es,

nos ami.es de l’abc dresden nous soutiennent depuis le début, ils viennent de publier sur leur blog un aperçu des dons distribués.

Nous avons également pu distribuer quelques produits médicaux :






L’Opération Solidarité a fait don de gouttes, de blouses stériles et de gants pour les opérations à l’Institut de neurochirurgie Romodanov.
https://t.me/solidarnistinua



we also collectively made new patches for the fighting units:





35 chevrons pour les Forces de défense territoriale - résultat du travail extraordinaire de Tony et Masha, membres de la coopérative de couture ReSew. C’est le deuxième lot de chevrons de ReSew. L’Opération Solidarité les livre à nos combattants.

La coopérative de couture ReSew est une initiative horizontale, anti-autoritaire et queer-féministe de Kiev, qui coud des vêtements pour les personnes dans le besoin et organise des ateliers sur le recyclage et la réparation d’articles textiles.
https://t.me/solidarnistinua


Pendant ce temps, en Russie, un molotov a volé sur le Kremlin :

⚡️Dans le centre de #Moscou, un inconnu a jeté un cocktail Molotov sur le mur du #Kremlin. pic.twitter.com/SGZWKmMhsr
- NEXTA (@nexta_tv) 23 mars 2022


Également, voici une liste des propriétés appartenant aux oligarques russes.

En outre, nous voulons vous recommander cette contribution sur twitter de riseup 4 rojava, qui analyse la réaction du fascisme turc à la guerre. De plus, vous pouvez trouver ici une contribution sur la situation des personnes handicapées aux frontières de l’Ukraine.

A Hambourg, une photo de solidarité a été faite pour le camarade tombé au combat Ihor \"Crimean\" Volokhov. <3





En solidarité avec les personnes qui se battent sur le territoire ukrainien et en souvenir du camarade Ihor Volokhov, qui a été assassiné par une roquette russe, nous nous sommes réunis sur la Balduintreppe à Hambourg le 19 mars 2022 pour prendre une photo en solidarité. 25 jours ont passé depuis que Poutine a attaqué l’Ukraine. Nous sommes aux côtés de tous les peuples qui sont en opposition avec la mentalité de l’État et de la nation et qui luttent contre le fascisme et le pouvoir.

Guerre à la guerre !


Nous avons publié aujourd’hui le deuxième rapport de nos camarades de solidarité anarchiste (cf article en bas) - regardez-le et abolissez les frontières d’en bas.

Et à toutes les personnes qui utilisent instagram, nous aimerions suggérer de suivre ce compte. Vous y trouverez régulièrement des sharepics de notre blog, que vous êtes invités à partager. Faites passer le mot !

La solidarité vaincra !


__________________________________________________________________________________
Solidarité anarchiste – Jour 28

24 mars 2022

Nous publions ici le deuxième rapport de solidarité anarchiste (le premier rapport peut être trouvé ici) - un des groupes avec lequel nous travaillons étroitement depuis le début.
Le rapport a été écrit en allemand et est donc publié ici en deux langues. la version allemande se trouve à la fin du texte.

All cops are borders - la solidarité vaincra !





Cracovie (2)

Après notre voyage à Varsovie, nous nous sommes réunis le dimanche soir pour réfléchir sur notre premier tour. Dans l’ensemble, nous étions assez satisfaits du résultat. Bien sûr, il y a encore beaucoup de choses à améliorer, mais tout le monde serait prêt à refaire le voyage. Et il y a eu d’autres histoires : Un autre groupe qui, comme nous, voulait ramasser la plupart des PoC ( à la frontière n’en a pas trouvé et une personne a vraiment suggéré de repartir les mains vides. Puh....Dans la journée, l’un de nos camarades a reçu un message de Cracovie nous demandant de venir rapidement car la situation y est désastreuse. Bien sûr. On rassemble une équipe, on organise des bus et des voitures et on y va. Cela ressemble vraiment à une équipe S.W.A.T..

Dans la nuit, nous étions de nouveau sur la route avec deux bus, plus un petit van et une voiture. Nous étions coincés dans des embouteillages embêtant sur l’autoroute, mais pour ceux qui ne conduisaient pas, c’était une bonne occasion de s’allonger un peu. La première tournée nous a tous privés de sommeil et nous avons repris la route après deux jours.

Arrivée à Cracovie, rencontre avec les soutiens locaux, quelques Allemands dont une femme qui parle russe. Lorsque vous envisagez d’aller chercher des réfugiés, nous avons deux conseils : des personnes fiables sur place qui peuvent préparer le ramassage, donner une évaluation, chercher des places de parking et organiser des endroits où dormir pour les chauffeurs (ou réserver des auberges). Sans soutien local, c’est forcément chaotique et cela prend du temps (et ce n’est pas non plus supportable pour l’humeur de l’équipe).

Et : Des traducteurs ! Des traducteurs ! des traducteurs ! Leur nécessité incontestable s’explique de deux manières : les personnes locales (gardiens de parking, supporters locaux) ne parlent que peu ou pas du tout l’anglais. La communication est un peu possible, mais c’est ennuyeux et il y a toujours une grande possibilité de malentendu. La plus grande nécessité est pour les passagers. Ce sont des gens qui ont fui leur maison à cause de la guerre et qui ont tout perdu. Ils sont maintenant assis dans des bus dont ils ne connaissent parfois même pas la destination, accompagnés par des anarchistes et des antifascistes qui, littéralement parlant, ne savent pas quoi ou comment dire certaines choses. Ce qui entraîne des tensions chez les personnes déjà épuisées, car elles ne savent pas avec qui elles voyagent ni où elles vont.

Nous avions la possibilité de louer un autre bus polonais et les responsables locaux nous ont dit qu’il serait prêt à partir immédiatement. Nous l’avons fait. Trois bus avec des places de parking directement assignées et payées pour 20 minutes chacune en face de la gare centrale. 20 minutes pour qu’environ 170 personnes, dont 30 enfants, puissent ranger leurs bagages et monter dans le bus. Ajoutons à cela les crieurs de parking que nous avons également dû payer. L’entrée dans le bus a été mouvementée, tout le monde était tendu. Ce n’est pas vraiment une surprise. La plupart des gens attendaient depuis des jours dans la gare centrale. Tout le monde voulait juste partir. Nos efforts pour diviser les gens en deux lignes afin d’empêcher les gens de se bousculer n’ont pas vraiment eu d’effet.

À l’intérieur d’un des bus, il y avait un problème avec une famille de quatre personnes qui bloquait quatre sièges avec deux petits enfants et une femme âgée qui avait du mal à marcher, mais qui devait quand même s’asseoir. Des cris commencent entre la jeune mère et quelques autres passagers. Je n’ai pas compris les mots, mais il était évident que la femme ne voulait pas mettre son enfant sur ses genoux pour laisser s’asseoir la dame âgée, qui avait du mal à monter les escaliers dans le bus. Pendant un moment, je pense à prendre l’enfant et à placer la femme sur son siège. Mais je décide de ne pas le faire. La mère déjà agitée deviendrait encore plus furieuse et il faut éviter cela dans une situation déjà chaotique. Notre salut est venu d’une traductrice qui commença un match de cris avec la mère jusqu’à ce qu’elle fasse enfin de la place. Je ne veux même pas penser à une façon de résoudre ce problème sans elle. Lors de notre première visite, une femme a fait une dépression et nous avons à peine réussi à la calmer. Comme je l’ai déjà dit, les gens sont complètement épuisés et traumatisés. La seule chose qui peut aider ici est la communication. Parler aux gens, leur dire qui nous sommes et où nous allons. Je n’ai pensé à cela qu’à la fin de la tournée, mais cela a eu un effet incroyable. Nous avons juste dit brièvement qui nous sommes et que nous faisons de notre mieux pour aider tout le monde du mieux que nous pouvons (et qu’il y a encore des difficultés), qu’à l’arrivée, des soins médicaux et de la nourriture seront fournis. Ensuite, ils seront répartis dans des logements ou à la gare pour continuer leur voyage. On sentait le soulagement. Tout le monde savait ce qui se passait et était soulagé. Note à moi-même : La prochaine fois, je ferai cela au début de la visite.

L’annonce que les mères pouvaient confier leurs enfants à des camarades pour qu’ils s’amusent et se divertissent a été applaudie. Les mères étaient si heureuses d’avoir une pause juste pour elles, car elles avaient dû transporter leurs enfants pendant des jours.

À notre arrivée (de retour au stade), tout le monde était étonné. Des traducteurs en veste, des panneaux proposant de l’aide en cyrillique, des Ukrainiens vivant à Hambourg qui ont proposé de nous héberger. Wow. Les soutiens de Hambourg étaient vraiment au top.

Le lendemain, j’apprends par un camarade que le sénateur de l’intérieur (que l’on peut aussi remercier pour les attaques de flics pendant le G20) se tient devant la ZEA (centre d’accueil initial) et parle d’aide humanitaire. Derrière lui, un bus avec des réfugiés est passé devant la photo. Le bus a été organisé par un autre groupe anarchiste de Hambourg.

La solidarité ne se résume pas à des mots chaleureux. C’est de l’entraide, des bus, des médicaments, des gilets et des casques. Et la solidarité gagnera toujours.

A.L.E


Krakau (2)
Nach der Fahrt nach Warschau hatten wir mit dem Team direkt am darauf folgenden Sonntagabend Reflektionsplenum. Netto waren die meisten zufrieden mit unserer Jungfernfahrt, natürlich-noch-viel-Luft-nach-oben und so, aber mitfahren würden alle wieder. Und mehr Storys gab es; auch die von einer anderen Gruppe die – wie wir – möglichst PoCs abholen wollten, an der Grenze aber keine fanden und eine Person ernsthaft vorschlug, dann eben leer zurück zu fahren. Puh.
Einen Genossen hatte tagsüber eine Anfrage aus Krakau erreicht, ob wir möglichst schnell kommen könnten, die Situation vor Ort wäre desaströs. Na klar. Team aufstellen, Busse und Autos klären und los. Klingt jetzt richtig nach S.W.A.T. Team, aber manchmal klappt ja viel.
Nachts dann wieder mit zwei Bussen plus Bulli und Kombi auf der Straße. Nerviger Stau auf der Autobahn, aber für die Nichtfahrer*innen eine gern genommene Chance sich kurz mal lang machen zu können. Die erste Fahrt hatte ein krasses Defizit auf dem Schlafkonto verursacht und wir waren ja gleich nach zwei Tagen wieder unterwegs.
Ankunft Krakau, Treffen mit den Unterstützer*innen vor Ort, ein paar Deutschen inklusive einer Frau, die russisch sprach. Wenn ihr darüber nachdenkt Geflüchtete abzuholen, raten wir unbedingt zu zwei Sachen: Verlässliche Menschen vor Ort, die das Aufsammeln vorbereiten, Einschätzungen abgeben können, Busparkplätze checken, ev. Pennplätze für die Fahrer*innen organisieren (oder Hostels buchen), etc. Ohne den Support vor Ort wird’s durcheinander und damit zeitfressend (und der Laune des Teams ist es auch nicht zuträglich). Und: Dolmetscher*innen! Dolmetscher*innen! Dolmetscher*innen! Deren unbedingte Notwendigkeit erklärt sich in zwei Richtungen; die Menschen vor Ort (Busparkplatzwächter*innen, Supermarktangestellte, Lokale Unterstützer*innen) sprechen wenig bis gar kein Englisch. Das geht zwar irgendwie mit Hand und Fuß, nervt aber und die Gefahr von Missverständnissen ist groß. Die zweite und noch viel größere Notwendigkeit besteht für die Passagier*innen. Das sind Menschen, die aus einem Krieg geflüchtet sind, alles verloren haben, nun in einem Bus sitzen, dessen Zielort sie vielleicht kennen (oder nicht mal das), begleitet von Anarchist*innen und Antifaschist*innen die – wörtlich gemeint, selber nicht wissen, was, bzw. wie sie etwas sagen sollen. Was dazu führt, dass die erschöpften Menschen auch noch nervös sind, darüber mit wem und wohin die Reise überhaupt geht.
Es gab die Möglichkeit noch einen polnischen Bus dazu zu mieten und die örtlichen Supporter*innen meinten, dass auch der sofort komplett belegt werden könnte. Also getan. Drei Busse mit klar definierten und zu bezahlenden Parkplatz Slots a 20 Minuten vor dem Hauptbahnhof. 20 Minuten für knapp 170 Leute, plus 30 Kinder, um Gepäck zu verstauen und einzusteigen, dazu rumbrüllende Parkplatzwächter, die auch noch geschmiert werden mussten. Das Einsteigen wurde hektisch, die Nerven lagen blank. Kein Wunder warteten die meisten Menschen doch teils schon seit Tagen in diesem Bahnhof und wollten nur noch weg. Unsere Versuche die Leute in Zweierreihen in die Busse zu lotsen um Gedränge und Schubsereien zu vermeiden, funktionierten lausig.
In einem Bus gab es Probleme mit den Sitzplätzen, eine vierköpfige Familie mit zwei Kleinkindern blockierte vier Sitze und eine ältere, gehbehinderte Frau musste noch untergebracht werden. Es gibt Geschreie zwischen der jungen Mutter und anderen Mitreisenden. Ich verstand die Worte nicht, aber es war offensichtlich, dass die Frau ihr Kind nicht auf den Schoß nehmen wollte um der Älteren, die kaum die Treppen in den Bus hochgekommen war, einen Platz zu überlassen. Ich denke kurz darüber nach, das Kind einfach hochzuheben und die Frau auf einen Platz zu schieben, lasse es dann besser sein. Die sowieso schon freidrehende Frau würde nur noch mehr abgehen und dass muss ich in der sowieso schon unübersichtlichen Einsteigesituation auf jeden Fall vermeiden. Die Rettung ist die Dolmetscherin, die sich eine Schreierei mit der Mutter liefert, die am Ende aber einen Platz freiräumt. Will mir gar nicht ausmalen wie das sonst zu klären gewesen wäre. Auf der ersten Fahrt hatte eine Frau einen Nervenzusammenbruch und konnte nur sehr schwer wieder beruhigt werden. Wie gesagt – die Leute sind restlos erschöpft und traumatisiert; das wenige, dass hier hilft ist Kommunikation. Reden, den Leuten sagen wer wir sind und wohin wir sie fahren. Mir ist das erst am Ende der Fahrt eingefallen und der Effekt war super. Eigentlich habe ich uns nur kurz vorgestellt, gesagt, dass wir versuchen würden sie so gut wie möglich zu versorgen (und auch, dass es manchmal hapert), dass es bei Ankunft etwas zu essen und medizinische Versorgung gibt und das sie dann auf Unterkünfte verteilt oder zum Bahnhof zur Weitereise gebracht werden würden. Das wars schon und fast war so etwas wie Erleichterung zu merken, alle waren jetzt im Bilde und beruhigt. Memo an mich: Beim nächsten Mal das unbedingt schon zu Anfang der Reise machen. Applaus gab es für die Ankündigung, dass die Mütter (es waren fast nur Frauen), ihre Kinder an Genoss*innen zur Bespaßung abgeben könnten. Begeisterung bei den Frauen dafür eine Pause nur für sich zu haben, hatten sie die Kinder doch tagelang auf der Flucht mitgeschleppt.
Bei der Ankunft (wieder an dem Stadion) dann große Augen, Dolmetscher*innen in Westen, Hilfeschilder auf Kyrillisch, Ukrainische Hamburger mit Schildern die Unterkunft anboten. Wow. Die Hamburger Unterstützer*innen waren richtig am Start.
Am nächsten Tag höre ich von einem Genossen, dass der Innensenator (dem wir unter anderem die Bullenattacken während des G20 zu verdanken haben), im Fernsehen war und vor der ZEA (der Zentralen Erstaufnahme) von Humaner Hilfe schwallerte und sich so richtig super vorkam. Hinter ihm fuhr ein Bus mit Geflüchteten durchs Bild, der von einer anderen anarchistischen Gruppe aus Hamburg organisiert war.
Solidarität sind keine warmen Worte, sondern gegenseitige Hilfe – Busse, Medikamente, Westen und Helme. Und Solidarität wird immer siegen.
A.L.E.



PAR : Operation Solidarity
SES ARTICLES RÉCENTS :
Opération solidarité - Jour 89
Opération solidarité - Jour 88
Opération solidarité - Jour 86
Opération solidarité - Jour 85
Opération solidarité - Jour 84
Opération solidarité - Jour 82
Opération solidarité - Jour 83
Opération solidarité - Jour 81
Opération solidarité - Jour 77
Opération solidarité - Jour 78
Opération solidarité - Jour 79
Opération solidarité - Jour 75
Solidarité anarchiste - Partie 4
Opération solidarité – Jour 72
Opération solidarité – Jour 74
Opération solidarité - Jour 69
Opération solidarité - Jour 70
Opération solidarité - Jour 68
Opération solidarité - Jour 67
Opération solidarité - Jour 64
Opération solidarité – Jour 65
Opération solidarité - Jour 66
Opération solidarité - Jour 63
Zhenya - R.I.P
Opération solidarité - Jour 61
Opération solidarité - Jour 62
Opération solidarité - Jour 60
Opération solidarité - Jour 58
Opération solidarité - Jour 57
Opération solidarité - Jour 56
Opération solidarité – Jour 53
Opération solidarité – Jour 54
Opération solidarité – Jour 55
Opération solidarité – Jour 52
Opération solidarité – Jour 50
Opération solidarité – Jour 49
Opération solidarité – Jour 48
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 42
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 41
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 40
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 38
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 37
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 36
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 35
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 34
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 33
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 32
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 31
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 30
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 29
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 26
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 27
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 25
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 24
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 23
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 22
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 21
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 20
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 19
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 18
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 17
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 15
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 14
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 13
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 12
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 11
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 9
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 10
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 8
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 7
D’Ukraine. Opération solidarité 2ème partie
D’Ukraine. Opération solidarité 1ère partie
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 6
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 5
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 4
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 3
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 2
D’Ukraine. Opération solidarité - Jour 1
D’Ukraine. Opération solidarité - Présentation
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler