- Sélection du 24 juillet 2017 - Autres nouveaux arrivages -
Théories politiques
par Vincent Rouffineau le 24 juillet 2017

Oikos et libéralisme : les sources d’une mythologie contemporaine

La mythologie peut s’entendre comme l’ensemble des mythes propres à une civilisation, et à l’étude de ce qu’ils révèlent sur cette civilisation. Le mythe, ainsi que son sens grec l’indique (μυθος), est une fable, un récit, la transcription d’événements où interviennent des divinités, des figures vouées à la destruction ou à la perte, mais aussi des héros et des héroïnes, confrontés à des puissances qui les dépassent, exprimant symboliquement des généralités ...

Dans un sale État
par Relation internationales le 23 juillet 2017

Au ministère de la Justice, Au gouvernement du Brésil : LIBERTÉ POUR RAFAEL BRAGA


Le 20 juin 2013, il y a quatre ans, Rafael Braga, un homme noir de 25 ans, qui vivait dans la favela de Vila Cruzeiro à Rio de Janeiro, a été arrêté au moment de la dispersion d’une manifestation, à laquelle il n’a pas pris part, contre la montée du prix des autobus dans la région Centre de Rio. Il a été arrêté avec deux bouteilles en plastique avec le désinfectant « Pinho Sol » et l’eau de javel « Barra » qui ont été montrées par la police ouverte et avec ...

Chroniques du temps réel
par bernard le 23 juillet 2017

victimes

2017. Séoul, dans un mur, une boite à température contrôlée. Environ quatre fois par semaine, un bébé y est déposé. Cet abandon déclenche une alarme qui alerte des assistances maternelles. C’est beau comme un vélib…

« Nous, on est les pauv’s tits fan-fans, / les p’tits flaupés, les p’tits foutus / à qui qu’on flanqu’ sur le tutu :
les ceuss’ qu’on cuit, les ceuss’ qu’on bat, / les p’tits bibis, les p’tits bonshommes, / qu’a pa ...

Littérature
par Pierre Sommermeyer le 17 juillet 2017

Contingent rebelle, Patrick Schindler Editions (L’Echappée)

Demander à un objecteur de conscience de rendre compte d’un livre racontant le service militaire effectué par l’auteur dans les années 1970 relève d’une certain prise de risque.

Une fois passées les présentations de l’histoire de la conscription en France et de l’Appel des cent, mouvement de contestation au sein de l’armée après 1968, le récit, quasiment au jour le jour, de la vie de caserne est tout à la fois réjouissant et atterrant.

BRÈVES DE COMBAT
> ZADs

Communiqué des habitants de la ZAD de NDDL

le 17 janvier 2018 | PAR PAT DE BOTUL
Communiqué : Les habitant.e.s de la zad ne sont toujours pas légalement expulsables. Ce matin, le ministre de l’intérieur affirmait que la zad serait évacuée des « éléments les plus radicaux », appuyant une nouvelle fois la fable d’un groupe fantômatique de quelques dizaines d’"ultra-violents" que l’on cacherait quelque part dans le bocage. Nous réaffirmons qu’il n’y a
pas des "éléments plus radicaux" d’un côté et de "bons zadistes" paysans de l’autre. Comme le soutient l’ensemble du
mouvement, repris à son tour en ce sens par un ensemble d’organisations,syndicats et ong’s nationales dans une tribune hier, nous nous opposons à "toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y projeter leurs vies et leurs activités". Par ailleurs, nous entendons beaucoup parler de mouvement de troupes et de volonté d’expulser au plus vite aéroport ou pas". Au-delà de toute considération politique ou logistique sur la légitimité et la faisabilité d’expulser les habitants de Notre-Dame-des-Landes, il nous semble nécessaire de rappeler que cela n’est aujourd’hui tout simplement pas légalement possible. Nous l’avions démontré dès l’automne 2016, appuyé en cela par le Syndicat des Avocats de France, le DAL et le Syndicat de la Magistrature et la situation légale n’a pas évolué depuis :
- les 14 lieux d’habitation de la zad ayant été l’objet de procédures d’expulsion bénéficient tous de la trêve hivernale. Ceux-ci ne sont donc pas expulsable avant le 31 mars.
- plus de 60 autres habitats situés sur la zad n’ont pas encore été l’objet de procédures d’expulsion. Le droit français est strict à ce sujet : tout.e habitant.e d’un lieu considéré comme son logement principal, même sans doit ni titre, doit pouvoir bénéficier d’une procédure nominative avant qu’un juge décide de son expulsion et que la préfecture puisse ensuite accorder le concours de la force publique pour la mettre en oeuvre. Il serait donc bon que ceux qui brandissent des menaces d’expulsion à
tout va commencent par respecter le droit dont ils se prétendent garant. Pour une meilleure compréhension de ces enjeux, nous vous renvoyons au communiqué commun du Syndicat de la Magistrature, du Syndicat des Avocats de France et du DAl paru le 2 novembre 2016 et toujours d’actualité : https://zad.nadir.org/IMG/pdf/com_nddl_saf_sm_dal_.pdf
> ZADs

Communiqué du comité d’Auray (NDDL)

le 17 janvier 2018 | PAR PAT DE BOTUL
Le comité d’Auray avait décidé (il y a 2 ans) qu’en cas de tentative d’expulsion de la ZAD, nous nous retrouvions le soir même devant la mairie d’Auray pour protester. C’est a minima ce qu’il faudrait faire. Si les flics attaquent la ZAD, RDV à partir de 17h30 devant la mairie d’Auray. D’ailleurs, s’il y a décision d’abandonner le projet d’aéroport et qu’il n’y a pas d’expulsion, on peut aussi se retrouver devant la mairie à 17h30 pour fêter ça !

Prélèvement ADN, fichiez-nous... la paix !

le 18 décembre 2017
par Fab- Graine d’anar – Lyon


Communiqué du 76ème congrès

le 12 novembre 2017
par Fédération anarchiste


Guerre et religions, le binôme infernal

le 8 novembre 2017
par Patrick Schindler, groupe Botul de la Fédération anarchiste


Céline n’a pas fini de nous empoisonner

le 5 novembre 2017
par Salomé Foehn


Des « PD-anars » contre la normalisation gay !

le 2 novembre 2017
par Patrick Schindler, groupe Botul de la Fédération anarchiste