Alternatives en actes > D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!
Alternatives en actes
par Jean-Marc Raynaud le 28 octobre 2017

D’un municipalisme libertaire sans étiquette mais avec une réalité avoisinante!

L’île d’Oléron. 30 km de long, 15 de large. 20 000 habitants l’hiver, 500 000 l’été. Comme le sentiment d’être un peu envahi. Mais, bienvenue. 8 communes. Toutes de droite (centre droit) depuis toujours. Lors des dernières élections municipales, à Dolus d’Oléron, il aurait du en être comme d’hab. Et bé non ! Comme quoi ! Mais pourquoi ? Une fois n’est pas coutume, une bande de jeunes a décidé de se présenter. Grégory s’était déjà fait remarquer en animant « Roule ma frite », un plan écolo pour faire rouler les bagnoles à l’huile de friture. Il avait deux autres lignes stratégiques. Pas de Mac Do à Dolus (il y avait un projet en ce sens). Création d’une mutuelle (financée par la commune) pour les plus démunis de la commune. Et d’autres choses, encore. Tout cela plaisait bien au groupe Nous Autres. Un membre de notre groupe s’est donc présenté sur la liste de Greg. En dernière position, inéligible, of course. Et, les jeunes qui d’habitude s’abstenaient, sont allés voter en masse. Et résultat, élus au premier tour. Un séisme politique dans notre petite île. Et depuis, Dolus s’est déclaré commune hors TAFTA, nous avons planté un chêne en souvenir de Guernica avec discours en basque d’une camarade basque de nos amies (il y a eut une traduction), une assoc 1901 vient d’être crée pour populariser le monument aux morts pacifiste de Dolus, la mutuelle se met en place… et Greg et son équipe refuse de signer le permis de construire pour la construction d’un Mac Do à Dolus. Ce serait le premier dans une île française. Mais, vous connaissez la justice bourgeoise. Le tribunal administratif de Poitiers vient d’obliger la commune de Dolus à signer le permis de construire pour Mac Do. Avec astreinte de 300 € par jour en cas de non obtempération. La commune fait appel. Et, en attendant, les élus mettent leurs indemnités dans un pot commun pour payer les astreintes. Mieux, la commune organise samedi prochain un grand ragoût sur la place du village. Sur le thème de la mal bouffe… Le groupe Nous Autres y sera. Et il sera de tous les combats de cette équipe municipale. Trois militants FA oléronais, sur cette position, il est clair que nous ne prétendrons à rien (il faut être réaliste) mais que, de ce fait, notre parole n’est pas ignorée. Bref, on fait ce qu’on peut. Mais on fait.
Je vous laisse réfléchir là-dessus.
PAR : Jean-Marc Raynaud
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler