Arts et Spectacles > Le massage n’est pas pour le brigadier
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 26 septembre 2022

Le massage n’est pas pour le brigadier

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6760

Deux mains la liberté





De Antoine Nouel avec la participation de Frank Baugin
Mis en scène par Antoine Nouel
Avec Philippe Bozo, Franck Lorrain et Antoine Nouel
Lumière : Denis Schlepp
Son et images : Philippe Bozo

Inspirée du livre de Joseph KESSEL Les mains du miracle, la pièce d’Antoine NOUEL Deux mains la liberté met en scène 2 personnages emblématiques de la seconde guerre mondiale, Heinrich HIMMLER et Felix KERSTEN son médecin. Himmler, haut dignitaire nazi à la tête de la Gestapo a mis en place les camps de concentration et d’extermination des juifs. Kersten masseur réputé et médecin en thérapie manuelle a soigné Himmler, victime de crampes d’estomac extrêmement douloureuses. Profitant de sa place privilégiée auprès de ce criminel, il réussit à sauver 100.000 personnes dont 60000 juifs au péril de sa vie (sources Wikipedia).

Comment imaginer que le sort de milliers de gens puisse dépendre des relations entre un patient et son médecin ? Si ce n’était cette couleur rouge sang qu’accuse les meubles du bureau d’Himmler, aucun visiteur ne pourrait imaginer que dans ce lieu douillet un homme travaille obstinément pour satisfaire le projet d’HITLER, l’extermination des juifs.

Les rapports entre Himmler et Kersten sont affables voire enjoués même si le dégout de Kersten vis-à-vis de son patient reste patent. Seulement ce dernier ne doit rien laisser paraitre. Bien au contraire, car obligatoirement une intimité s’instaure ne serait- ce qu’à cause de ce contact par les mains avec la peau de son patient. D’où l’extrapolation envisageable, il y avait une faille chez le monstre Himmler que savamment Kersten a su exploiter. Himmler profondément narcissique ne peut se passer de Kersten parce ce que ce dernier le soulage et le flatte. Il consent donc pour le conserver à gommer sur de nombreuses listes les noms des personnes à sauver. Il ne s‘agit pour lui que d’un jeu virtuel ; ces noms ne sont que de la monnaie d’échange et aucunement des humains en chair et en os.

Un sentiment d’horreur peut saisir le spectateur car c’est la démonstration qu’avec des mots, des idées il est possible de faire régner la terreur ou de la stopper.

Hannah ARENDT a développé le concept de banalité du mal. D’une certaine façon le comportement d’Himmler le corrobore. Le personnage a souvent été décrit par des témoins comme un individu falot. Il s’agit pourtant bien d’un monstre. Parce que le mal est insaisissable avec les pincettes de la raison, il importe de ruser avec lui. Kersten savait qu’il avait en face de lui un individu paranoïaque dont il devait caresser le poil. Outre son talent de masseur, il disposait d’un grand flair psychologique.

Un 3ème personnage, Rudolf BRANDT semble faire le lien entre Kersten et Himmler en tant que secrétaire et sert l’un et l’autre.

Plane dans l’atmosphère le spectre de la mort ; Kersten a agi au péril de sa vie étant constamment cerné par d’autres gestapistes, notamment Heydrich. D’autre part, nous le savons, Himmler s’est suicidé et Brandt a été pendu.

Antoine NOUEL a voulu manifestement recréer un huis clos avec 3 personnages pour exprimer sur un plan humain sans parti pris, l’importance que peuvent représenter des actions et des choix individuels lesquels ne sont pas des gouttes d’eau dans l’océan de la grande histoire. Cette relation entre un nazi et un médecin a pourtant bien failli tomber dans les oubliettes. L’auteur ne recherche pas l’effet superfétatoire, il invite les spectateurs à sonder l’humain dans des ressorts plus complexes que le duel du bien contre le mal et interpelle sur cette banalité du mal oh combien menaçante.

La pièce est une réussite tant du point de la mise en scène particulièrement soignée, l’écriture, le décor et bien entendu l’interprétation. Elle vaut vraiment le détour car elle est très instructive !

Evelyne Trân
Le 26 septembre 2022

Au Studio HEBERTOT 78 Bd des Batignolles 75017 Paris Location : 01 42 93 13 04
Représentations du jeudi au samedi à 21h00, dimanche à 14h30
Du 1er septembre au 6 novembre 2022. Relâche le 20 octobre.


PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
"La boule huit en coin avec effet rétro pour me placer !" annonce le brigadier
Le brigadier est amoureux
Le brigadier, un arbre mort. Ça fait réfléchir...
Le brigadier préfère les madeleines aux financiers
Pour le brigadier, pas de doute, l’incertitude est une valeur sûre. En principe...
Fa, ré, fa, ré joue le brigadier sur son clavier
Nouvelles de temps de guerre
Le nez rouge du brigadier
Le brigadier se voyait déjà...
C’est les autres... dont le brigadier
Une table pour le brigadier
Brigadier, aimez-vous Brahms ?... ou Sagan ?...
Dans le bistrot d’Alphonse, le brigadier paye un verre.
Le poète des rues
Le flûtiste et la colombe.
Le brigadier se "ballade" à Paris
Témoignage d’une passagère d’autobus
Le brigadier se met à table
le brigadier va piano
Quoi ! Quoi ! quoisse le brigadier fou.
Le brigadier qui ne dit mots, passant...
Le brigadier, festivalier en Avignon
Le brigadier se fait faire la lecture
REPAS DE SOUTIEN AU PROCES DE TRAN TO NGA
Un spectacle musical pour le brigadier
Mais de quoi as-tu l’air ?
Quand le brigadier "rewind" la dernière bande
Le Brigadier connait-il Nora ?
Le brigadier se souvient de ce temps-là
Marguerite et le brigadier
Belle rencontre pour le brigadier
La femme est l’avenir du brigadier
S’accompagnant d’un doigt ou quelques doigts le brigadier se clowne.
Assieds-toi, brigadier !
Le brigadier au chevet
Le brigadier et le sourire noir de Mémé
Ne Bruscon pas le brigadier...
Le nouveau brigadier
Brigadier, écoute... Elles te parlent...
AY Brigadier !
Le brigadier témoin de l’Histoire
Joséphine BAKER. Les dernières années. La renaissance d’une étoile.
Le brigadier nous dit qu’au milieu coule une frontière
Un livre : Correspondance avec la Mouette Anton TCHEKHOV et Lydia MIZINOVA
En hiver, le brigadier songe à une mouette en avril
Le Brigadier à perdre la raison
Le brigadier aux violons
Joséphine Baker racontée par un de ses enfants
Le brigadier et lui
Un brigadier slave
Le brigadier sur l’autre rive
Brigadier, un double !
Le brigadier, en attendant Antigone...
Agent orange : un film.
Le brigadier connaît la chanson
La passeggiata del brigadiere a Roma, città aperta
Conférence de soutien à Tran To Nga
Le brigadier a l’âme slave
Le soleil n’a pas encore disparu !
Des nouvelles du procès de Tran To Nga contre les fabricants de l’agent orange
Le brigadier en ce début d’octobre
Le brigadier rencontre Romain Gary
Le brigadier rencontre Camus
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Affect ou éthique?
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Candide, le brigadier ?
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler