Les articles du ML papier > Robocratie. Rapport final du Groupe d’experts de l’ONU sur la Libye
Les articles du ML papier
par Hepha Istos le 22 novembre 2021

Robocratie. Rapport final du Groupe d’experts de l’ONU sur la Libye

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6106

établi en vertu de la résolution 1973 (2011) du Conseil de sécurité.

Article extrait du Monde libertaire n°1832 d’octobre 2021




Le rapport a été transmis au Comité du Conseil de sécurité institué en vertu de la résolution 1970 (2011) concernant la Libye le 18 février 2021 et a été examiné par le Comité le 5 mars 2021.

Résumé

[..]
L’embargo sur les armes reste totalement inefficace. Pour les États membres qui soutiennent directement les parties au conflit, les violations sont étendues, flagrantes et sans aucune considération pour les mesures de sanctions. Leur contrôle de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement complique la détection, la perturbation ou l’interdiction. Ces deux facteurs rendent plus difficile la mise en œuvre de l’embargo sur les armes.
[..]

Extraits
Article 63. Le 27 mars 2020, le Premier ministre, Faiez Serraj, a annoncé le début de l’opération PEACE STORM, qui a envoyé la GNA-AF [note] à l’offensive le long du littoral côtier. La combinaison des frégates de classe Gabya et des systèmes de défense aérienne à courte portée de Korkut a permis de placer une bulle de défense aérienne mobile autour des unités terrestres de la GNA-AF, ce qui a retiré les ressources aériennes du HAF de l’équation militaire. La capacité accrue de renseignement opérationnel comprenait des renseignements sur les signaux exploités par la Turquie et les renseignements, la surveillance et la reconnaissance fournis par le Bayraktar TB-2 et probablement les véhicules aériens de combat sans pilote TAI Anka S (voir l’annexe 27). Cela a permis le développement d’une guerre asymétrique d’usure conçue pour dégrader la capacité de l’unité terrestre du HAF. La cassure GNA-AF de Tripoli a été soutenue par des canons automoteurs Firtina T155 de 155 mm (voir annexe 28) et des systèmes de roquettes multi-lanceurs T-122 Sakarya (voir annexe 29) tirant des munitions de précision à longue portée contre les chars de combat datant du milieu du XXe siècle et l’artillerie lourde utilisés par la HAF. Des convois logistiques et des HAF en retraite ont par la suite été pourchassés et engagés à distance par les véhicules aériens de combat sans pilote ou les systèmes d’armes autonomes létaux tels que le STM Kargu-2 (voir annexe 30) et d’autres munitions rôdeuses. Les systèmes d’armes létales autonomes ont été programmés pour attaquer des cibles sans nécessiter de connectivité entre l’opérateur et les munitions, ce qui constitue en fait une véritable capacité de « tirer, oublier et trouver ». Les véhicules aériens de combat sans pilote et la capacité de renseignement, de surveillance et de reconnaissance des petits drones du HAF ont été neutralisés par le brouillage électronique du système de guerre électronique Koral47.

64. La puissance de feu concentrée et la connaissance de la situation que ces nouvelles technologies de champ de bataille ont fournies ont été un multiplicateur de force important pour les unités terrestres du GNA-AF, ce qui a lentement dégradé la capacité opérationnelle du HAF. Les unités de ce dernier n’étaient ni entraînées ni motivées à se défendre contre l’utilisation efficace de cette nouvelle technologie et se retiraient dans le désarroi. Une fois en retraite, ils étaient constamment harcelés par les véhicules aériens de combat sans pilote et les systèmes d’armes autonomes létaux, qui s’avéraient être une combinaison très efficace pour vaincre les systèmes de missiles antiaériens air-surface Pantsir S-1 livré par les Émirats arabes unis. Ceux-ci ont subi des pertes importantes, même simplement utilisés dans un rôle électro-optique passif pour éviter le brouillage GNA-AF. La menace du Pantsir S-1 étant annulée, les unités du HAF n’avaient aucune protection réelle contre les attaques aériennes à distance.

65. L’introduction par la Turquie d’une technologie militaire avancée dans le conflit a été un élément décisif dans la guerre d’usure souvent invisible et certainement inégale, qui a entraîné la défaite du HAF dans l’ouest de la Libye en 2020. La technologie aérienne à distance, combinée à une capacité efficace de renseignement, de fusion de données, de surveillance et de reconnaissance, a renversé la vapeur pour le GNA-AF dans ce qui était auparavant un conflit de basse intensité et de faible technologie dans lequel l’évitement des pertes et la protection des forces étaient une priorité pour les deux parties. Le déploiement des avions FGA Mig-29A (voir annexe 31) et Sukhoi Su-24 (voir annexe 32) en mai 2020, ainsi que des systèmes de missiles sol-air Pantsir S-1 exploités par les compagnies militaires privées russes (voir paragraphe 94 ci-dessous), a mené à une autre confrontation militaire entre les forces.

transmis par Hépha Istos


PAR : Hepha Istos
SES ARTICLES RÉCENTS :
Robocratie. C’est « officiel », des robots autonomes traquent et tuent.
Covid-19 : à leur tour, les sénateurs entrent en guerre
Robocratie : robots « travailleurs », une affaire de famille
Robocratie : science et politique – partie I
Robocratie : science technique et politique – partie II
Robocratie Science, technique et politique – partie III
Robocratie : Apartheid Assisté par Robot
Robocratie : Eh bien dansez maintenant !
Robocratie : 22 ! v’la les drones !
Robocratie: À quand la robonose ?
Robocratie : 30 000 robots tueurs
Robocratie : I9 pour les combats de rue
Robocratie : abeilles
Robocratie : police des masques
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler