Chroniques du temps réel > Le soleil n’a pas encore disparu !
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 11 octobre 2021

Le soleil n’a pas encore disparu !

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=6002

Alors comme ça, vous vous êtes identifié à cet imbécile, ce c… Restons polis ! Vous voyez défiler à longueur de journée sa gueule sur les écrans de votre télé. Il est tombé du ciel, le brave homme, il a été parachuté. C’est une belle m…




Ça pue mais ça impressionne. Parfois, il fait même pitié. Il fait penser à un pauvre gars qui hurle dans les couloirs d’un hôpital psychiatrique « La France va disparaitre ». Mais le soleil aussi va disparaitre, le saviez-vous, cher monsieur !

Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire, la France, la belle France, le beau visage de la France. Allons donc ! Il faudrait s’agenouiller devant Marianne. Oh que tu es belle ma chérie !

Eût-il fallu que je demande la permission au soleil, à la lune, aux nuages pour naître en France. Excusez-moi du peu. Et puis de toute façon, je ne suis pas née Française. En me concevant mes parents n’ont pas eu l’idée de faire de moi une bonne Française. Je n’ai pas la religion de la France et je ne jurerais pas que c’est le meilleur pays du monde. Je considère que c’est un argument fallacieux que celui de se prévaloir de son amour de la France pour justifier ses agissements et ses décisions politiques. Hypocrites et opportunistes de tous bords, rejoignez-vous !

Je ne suis pas née Française ou alors il s’agit d’une coïncidence administrative, conséquence de guerre, de colonialisme. Ben oui, si le pays de mon père n’avait pas été colonisé, il ne serait jamais venu en France et n’aurait pas rencontré ma mère. C’est tout bête, ça n’intéresse personne mais c’est comme ça ! Vous pouvez me faire un procès, me trainer devant l’évêque Cauchon comme Jeanne d’Arc, pour me forcer à dire « J’aime la France », je vous répondrai que j’aime ou non la France, cela ne regarde que moi. A part ça, je vis dans un pays qui s’appelle la France et son visage pour moi est pluriel, il se transforme parce qu’il est vivant et quoique vous puissiez dire, reconnaissez tout de même que le soleil en France éclaire aussi bien Mohamed que François, Aline ou Sabrina, sans parti pris.

Maintenant, vous avez la liberté de me chercher des poux dans la tête en désignant mon faciès, en discutant de mon prénom, de mon patronyme et déclarer « Vous pas Française ».

Je passerai mon chemin ou vous saluerai bien bas, je vous répondrai peut-être :

Oui, vous avez raison, j’ai été importée comme la fleur de bambou, le poivre, le sel et autre plante ou autre denrée et j’ai poussé sur la belle terre de France, merci, merci la France !

Plus sérieusement, les yeux embués de larmes, j’essaierai encore de vous reconnaitre vous Français qui me dévisagez, vous reconnaitre en tant qu’humain. Pour moi c’est la seule chose qui compte !

Eze, le 11 Octobre 2021
Evelyne Trân

PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Conférence de soutien à Tran To Nga
Le brigadier a l’âme slave
Des nouvelles du procès de Tran To Nga contre les fabricants de l’agent orange
Le brigadier en ce début d’octobre
Le brigadier rencontre Romain Gary
Le brigadier rencontre Camus
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Affect ou éthique?
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 12 octobre 2021 17:05:39 par Luisa

Si ça peut vous consoler ( … ), il y a un moment déjà, j’ai appris par la radio [RCJ] puis confirmer par une recherche sur Google, que « la vie est remplie d’ironie » ( sic ) car le fils d’Éric Zemmour qui est parti vivre en Algérie, a choisi avec son épouse d’appeler son fils ( petit fils d’Éric Zemmour ) : MOHAMMED !
Ils ont bien retenu les propos du grand-père :
- « il faut donner un prénom du pays où on naît et où on veut vivre pour bien progresser » .
La question du prénom ne s’est pas posé : Mohammed Zemmour est bien heureux !

2

le 13 octobre 2021 07:39:51 par Luisa

Il est tôt, je bois mon café et j’écoute la radio.
Ça y est, ça recommence ! Éric Zemmour, le falsificateur de l’Histoire [Pétain], le sans aucune empathie pour personne [les enfants assassinés par Merah], celui qui se prend pour le sauveur et la relève de Jeanne d’Arc et de Napoléon, fascine celles et ceux qui veulent du sang et des victimes expiatoires ! Décidément, les merdias sont travaillés par de sombres influences ….