Arts et Spectacles > Ecoutez, c’est le brigadier...
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 30 mai 2021

Ecoutez, c’est le brigadier...

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5702

Six personnages en quête d’auteur de Luigi Pirandello REPRISE
Mise en scène Emmanuel DEMARCY-MOTA




TRADUCTION : François Regnault - ASSISTANT A LA MISE EN SCENE Christophe Lemaire - SCENOGRAPHIE ET LUMIERE : Yves Collet - MUSIQUE : Jefferson Lembeye - COSTUMES : Corinne Baudelot - MAQUILLAGES : Catherine Nicolas.
AVEC LA TROUPE DU THÉÂTRE DE LA VILLE
Hugues Quester, Alain Libolt, Valérie Dashwood, Sarah Karbasnikoff, Stéphane Krähenbühl, Chloé Chazé, Céline Carrère, Charles-Roger Bour, Philippe Demarle, Sandra Faure, Gaëlle Guillou, Gérald Maillet, Pascal Vuillemot, Jauris Casanova, Alizée Demarle et Blanche Vignes

S’il y a une pièce dans le répertoire théâtral qu’il est impossible de rayer de la carte, c’est bien celle de PIRANDELLO Six personnages en quête d’auteur écrite en 1921 par un écrivain qui avait à son actif un grand nombre de romans et de nouvelles. Pirandello qui disait de lui même « Je ne suis pas un dramaturge mais un narrateur » dans sa préface raconte comment il s‘est trouvé dépassé en tant qu’auteur par ses personnages. Sa boule de cristal c’est l’Imagination ; il est important de le souligner parce que sans elle, oui, notre perception se retrouverait rétrécie à un point inimaginable, celui du vide sans doute et de l’ennui.
Les interrogations d’un écrivain sur l’art du théâtre, la mise en scène, les comédiens et les personnages qu’ils interprètent, ne sont pas censées concerner tout le monde. Elles ont pourtant une portée universelle parce qu’elles questionnent le sentiment d’identité de tout individu dans un environnement balisé qui le dépassera toujours. Qui que nous soyons, nous n’avons pas d’autre moyens pour ne pas nous noyer dans la masse que de croire à la carte d’identité que nous avons reçue au berceau.
Ce qui est fascinant d’observer dans cette pièce c’est combien la frontière est mince entre ceux qui croient appartenir à la réalité, le metteur en scène, les comédiens et les autres qui affirment leur qualité de personnages. Or c’est sur cette ligne de mire infinitésimale, que les comédiens et les personnages vont se confronter et jouer leur pièce.
En résumé, lors d’une répétition d’une pièce de Pirandello, décrite comme mauvaise, les artistes voient débarquer sur scène des personnages qui leur prient de jouer leur propre drame. Le metteur en scène intéressé demande aux personnages de le jouer devant les comédiens. Lorsque c’est au tour de ces derniers d’interpréter les rôles, les personnages se moquent d’eux, manifestant leur sentiment d’avoir été mal compris, mal joués. Leur vérité disent ces personnages est bien supérieure et eux seuls peuvent l’exprimer pour l’éternité.
Dans ce jeu de miroirs, la troupe qui devient le public pour les personnages et ces derniers publics des comédiens, Pirandello met en scène un véritable psychodrame, un jeu de rôles actif, et tant qu’on est dans le jeu tout se tient. Mais les comédiens n’entendent pas que le drame se déroule véritablement et se retrouvent assommés par sa réalité. Occupés à travailler leurs rôles et la future mise en scène, ils n’ont pas pris au sérieux le cri d’alarme des personnages.
Ces personnages en quelque sorte font partie de toute cette humanité anonyme des spectateurs qui se poussent du coude, exercent leur esprit critique et dont certains rêveraient de monter sur scène pour parler de leurs propres drames. Devenus personnages, ils ne pourraient craindre pour leur pudeur, mais contrairement à la télé réalité, la scène du théâtre doit rester intemporelle et purement subjective. Le personnage chez Pirandello, s’affirme, il refuse d’être un individu comme les autres. Il ne se projette d’abord que pour lui-même, il a cet orgueil, cette arrogance qui défit toutes les normes.
Aussi sordide que soit le drame familial que jouent les personnages, au théâtre il devient extraordinaire, merveilleux, spectaculaire parce qu’il a été vécu et que chacun des protagonistes éprouve comme unique chacune des scènes de sa vie, aussi dramatique soit elle.
Ainsi les personnages deviennent par leur posture excessive, cet idéal qui peut hanter chaque comédien, celui de leur donner vie, en les faisant jaillir de leur imagination et leurs émotions.
La mise en scène d’Emmanuel DEMARCY-MOTA ne fait que suivre le propos de Pirandello lui-même qui formule que l’imagination est une servante. C’est grâce à ce sens d’humilité que le public peut découvrir les coulisses du théâtre, assister à une répétition, regarder les régisseurs, les comédiens et les techniciens à l’œuvre. Toute une ambiance où chaque détail, chaque objet et lieu et place se distribuent de façon magique avec pour seule finalité, la création.
Il est possible d’obéir, obéir dans le sens le plus noble, aux personnages de Pirandello, en les écoutant, en ayant l’impression de se mêler à eux comme les comédiens, en se moquant d’eux également.
Point de vue extraordinaire, qui ne tient qu’au subtil déplacement d’une image, celle d’un groupe de personnages, de silhouettes, de dessins, qui soudain sortent de l’ombre, réclament la lumière et l’obtiennent grâce à un metteur en scène, chamboulé.
Le scénario inimaginable de Pirandello n’est pas évident car il est à la fois fantastique et concret. Mais il suffit de poser le doigt sur cette crête de d’imagination active, sans enfoncer des portes ouvertes, pour se réjouir que des personnages puissent témoigner, à notre place, de nos drames, nos rêves et nos folies.
La distribution qui fait appel à plus de 26 artistes et techniciens sur scène et en coulisses, est impressionnante. Hugues QUESTER, le père et Valérie DASHWOOD, la belle fille, notamment, sont excellents
Un grand merci à toute l’équipe de ce spectacle qui rend hommage de façon magnifique à Pirandello, tout à fait génial dans cette pièce. Non, Pirandello n’est pas classique, il est tout simplement visionnaire. A ses yeux, nous sommes tous des personnages en quête de rôles et la vie, une comédie.

Eze le 30 mai 2021
Evelyne Trân

au THÉÂTRE DE LA VILLE – ESPACE PIERRE CARDIN – 1 Avenue Gabriel 75008 PARIS
du 19 Mai au 13 Juin 2021.
Horaires selon les jours de représentation 15 H – 18 H 30 – 20 H

PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier en Avignon
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler