Chroniques du temps réel > Liberté j’écris ton nom
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 24 août 2020

Liberté j’écris ton nom

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5055



Photo D. R

C’est un chiffon de tristesse que l’on agite d’un geste désabusé. Des colliers de sueur y perlent encore. Je les repérais à un kilomètre à la ronde ceux ou celles qui traversaient la Place Garibaldi, le nez au vent. Et je me disais : Ils sont trop libres, ces gens-là !

Un immense soupir se dégageait d’eux comme un nuage et je les imaginais grimper une montagne, celle de la liberté. Mais ils ont disparu de ma vue, ils sont passés de l’autre côté. Oh, je sais, ils sont probablement reparus devant moi masqués, quasi invisibles, tandis que je rêvais que chaque masque ait quelque chose à dire, délivre une missive… Mais la plupart du temps, le masque n’affiche rien parce qu’il n’a rien à afficher sinon son aspect utilitaire, sanitaire ou vaguement décoratif et quelque part c’est plutôt formidable que tout le monde soit à la même enseigne, jeunes, vieux, beaux, laids, riches ou pauvres.

Sans doute un jour, puisque toute histoire a une fin, une foule de gens iront jeter leurs masques à la poubelle, ce qui n’est pas du tout poétique.

J’aurais tout de même assisté à cet étrange striptease du masque qui se décolle du visage grâce à un geste devenu précieux, voire théâtral, avec juste cette excuse « Pardon, je suis en train de respirer ».

N’enjolivons pas trop nos masques de peur de trop nous y attacher. Acceptons de porter le même à des milliards d’exemplaires. A des années lumières, qui sait, quelques extra-terrestres observent le phénomène. Et si les poètes devaient se retourner dans leurs tombes, gageons qu’ils rejoindraient la foule des anonymes qui d’un hochement de tête, quelques clignements d’œil ou mouvements du corps créent un nouveau langage.

Eze, le 22 Août 2020

Evelyne Trân





PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 24 août 2020 20:42:13 par Luisa

Que la Liberté soit contagieuse !