Chroniques du temps réel > COVID 19 encore et encore
Chroniques du temps réel
par Evelyne trân le 17 mai 2020

COVID 19 encore et encore

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4808

Il s’introduit dans toutes nos conversations, nos rêves ou nos cauchemars, il menace monstrueusement nos libertés mais il a tout de même un atout majeur, celui d’être un fantastique révélateur de nos comportements face au danger et l’appréhension de la mort.




Tel un esprit malin, il crée le doute et la suspicion puisqu’invisible il peut être partout aussi bien chez notre frère, notre amant ou notre oreiller.
Nécessité fait loi pourtant. Les prudents, les sages ou les peureux devront côtoyer les imprudents, les sans foi ni loi, les résignés, ou s’abstenir de toute communication et accepter de vivre en reclus de la société.

Il va falloir apprendre à vivre avec ce virus nous a martelé notre premier ministre.

Avec cette belle épée de Damoclès, avons-nous encore le choix de prendre des risques ou de ne pas en prendre. Une question qui remue tous nos fondements moraux, existentiels et est susceptible de réveiller aussi bien nos peurs que nos capacités de résistance.

Une chose est certaine c’est que si nous prenions conscience de tous les dangers qui menacent l’existence de chacun, nous serions statufiés par la peur. Le Covid 19 a cet avantage sur les autres virus, maladies, catastrophes qui nous menacent, c’est d’être la vedette du mal qui règne dans ce monde, alors que comme l’ont souligné de perspicaces commentateurs, pendant qu’il fait la une des médias, il n’est plus question des guerres, de la misère et d’autres maladies inquiétantes mais moins foudroyantes.

D’une façon générale, le mal est insidieux, il agit en sourdine, s’il s’installe dans nos pensées, certes il va aiguiser nos mécanismes de défense mais son meilleur atout, c’est sa capacité à miner notre moral.

Nous ne serons jamais que ce que nous sommes. Le covid19 ne fera pas de nous des héros ou des lâches. La pandémie a révélé le manque crucial des
moyens des hôpitaux et bien d’autres carences des rouages de notre société… Mais nous avons chacun notre lanterne, il faut y croire. Aussi invisible et infime, aussi vacillante, soit-elle cette veilleuse, nous ne devons pas la mépriser ! Retrouverons cet instinct de confiance vis-à-vis d’autrui et par rapport à la vie elle-même. Si nous perdons cet instinct, l’ennemi sera partout et nous serons bien foutus de mourir de peur de vivre.

Nous ne sommes pas égaux face à la maladie mais je préfère m’en souvenir pour l’avoir expérimenté, ce sont les plus humbles d’entre nous qui expriment le plus d’humanité. Le sentiment n’avance pas masqué, il est vital en ce temps et ce lieu de vie, la terre, il augure de notre présence et conscience collective aussi bien de notre environnement que de notre part individuelle et unique. N’oublions pas d’être capables de regarder l’autre, cet avenir, sans baisser les yeux !

Ni bien-pensants, ni mal-pensants, exprimons-nous !

Evelyne Trân. Le 17 Mai 2020



PAR : Evelyne trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler