Chroniques du temps réel > Confidence de femme
Chroniques du temps réel
par Evelyne Trân le 8 mars 2020

Confidence de femme

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=4574

Comme si le jeu était le commencement d’une histoire. Déchire donc le voile de ta féminité. Ici, il y a un trou blanc de nuage qui ruisselle et c’est ton regard. Il n’a pas lieu d’être affamé, il est. Probablement l’idée qui rappelle, qui grommelle sous les murs affaissés en bordure de mer. Vous me rappelez la gifle que j’ai reçue en plein courant d’air. Vous avez un foulard sur la tête, vous êtes une femme. Pourquoi ?

C’était une façon qu’avait le soleil de se pencher sur la mer. J’ai été prise en filature par le soleil et j’ai fait une apparition innocente sur différentes crêtes de la mer. Je suis née d’une sorte de serment au-dessus des toits, qui formait un dessin comme un joli carré de mouchoir que se disputaient deux oiseaux. Qui sait seulement cela ? Qui regarde seulement les oiseaux s’ébattre dans le ciel ?

Je suis sans doute une idée, mais penchez-vous sur moi. Vous verrez que je peux renverser la couleur triste des maisons déchirées dans le miroir du ciel. Pourtant mon but n’est pas de montrer mais d’être justement ce qui permet l’apparence.

Savez-vous que le sens de la noce est d’exprimer fugacement un ruissellement d’eau sous le soleil. Mais je vous parle d’une femme aux soupirs simplifiés, en harmonie avec le soir, avec les étoiles. Une femme qui en se regardant n’a nul besoin de s’idéaliser, qui connaît l’homme avant que l’homme la connaisse. Et ce fulgurant décalage fait office de mystère qui met en fureur certains hommes, à cause d’un sentiment d’impuissance, un sentiment de jeunesse.

Je pourrais avancer comme une longue traînée de nuage. J’ai vu la grande vague de soleil de la mer déferler. Et au bout d’une crête d’écume, cette ombre que je vois toute petite sur le rivage, c’est moi. Sorte d’éclosion de souvenir, n’est-ce pas. Mais qu’a fait la mer pour être regardée ?

Evelyne Trân



PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler