Arts et Spectacles > Le brigadier en Avignon
Arts et Spectacles
par Evelyne Trân le 28 juin 2021

Le brigadier en Avignon

Lien permanent : https://monde-libertaire.net/index.php?articlen=5776

Caligula d’Albert Camus







Mise en scène : Bruno Dairou, Edouard Dossetto
Interprètes : Pablo Chevalier, Edouard Dossetto, Josselin Girard, Céline Jorrion, Antoine Laudet, Antoine Robinet

Créa. lumière : Arnaud Barré
Régisseuse : Héléna Castelli
Scénographie : Pierre Mengelle
Graphiste : Camille Vigouroux

Parce que la mort existe, parce que Dieu est mort, alors tout est permis ! A partir de la conscience de la mort imminente et absurde, Camus fait planer le doute sur la consistance d’un individu face à lui-même et face aux autres. Bien que Camus se défende d’avoir écrit une pièce philosophique et historique, comment ne pas déceler chez le personnage de Caligula, la volonté de puissance qui peut être aussi créative que destructrice et qui interroge sur l’avenir de l’homme d’un point de vue universel.
En résumé, la pièce « Caligula » met en scène un empereur Romain tyrannique qui agit avec démesure en quête d’impossible (Wikepidia).

Dans une version de 1937, Caligula doit apparaitre en ouvrant le rideau et dire : Non, Caligula n’est pas mort. Il est là, et là. Il est en chacun de nous. Si le pouvoir vous était donné, si vous aviez du cœur, si vous aimiez la vie, vous le verriez se déchainer ce monstre ou cet ange que vous portez en vous… ».

Dans la réalité, chacun sait qu’un homme n’arrive pas seul au Pouvoir, il a des complices, celui qui se croit seul est un fou.

Dans Caligula, il est question d’un drame individuel, d’un cri de révolte existentiel qui n’a pas vocation à être diffusé, entendu sauf dans une scène de théâtre ou un poème lyrique de Rimbaud.
Pourriez vous l’imaginer dans la bouche d’un Hitler ou d’un Pinochet ?
Si ce cri est audible grâce au lyrisme de Camus, le comportement des personnes falotes qui l’entourent, à terre et donc humiliés, est beaucoup moins éloquent.
La scène la plus émouvante à mon sens est celle de la dernière conversation entre Caligula et sa maitresse qu’il va étrangler alors qu’elle est la seule à accepter de rester auprès de lui jusqu’au bout.

Le spectre de la mort plane. Parce que le tyran a le pouvoir de vie et de mort sur ses sujets. Il est assassin par mépris des humains qui ne l’intéressent pas. Il a le pouvoir de tuer mais pas d’aimer.

La pièce en somme soulève tellement d’interrogations qu’il n’y a pas d’autre choix que d’écouter la belle langue de Camus. Dans la mise en scène sobre de Bruno Dairou et d’Edouard Dosseto, elle est bien servie par l’ensemble des comédiens.

Pourtant le regard intérieur du spectateur qui ne peut qu’être choqué par la virulence de la pièce, reste en suspens faute de pouvoir reprendre souffle. Le mouvement nous a paru trop rapide ne laissant guère de place aux silences, aux ombres des personnages qui ne tiennent pas seulement au travail de l’éclairagiste mais à leur surface.

Eze, le 28 Juin 2021
Evelyne Trân

au Festival Off d’Avignon à la Factory, Salle TOMASI du 7 Juillet au 31 Juillet 2021 (Relâche les lundis 12,19, 26) - à 18 H 10
4, rue Bertrand 84000 AVIGNON – 09 74 74 64 90 –


PAR : Evelyne Trân
SES ARTICLES RÉCENTS :
Le brigadier du temps perdu
La rentrée du brigadier
Exposition sur l’agent orange
Affect ou éthique?
Le vigile et la flûte traversière
Le brigadier a-t-il son pass ?...
Poupée en chiffons
Quand le brigadier rencontre Proudhon et Courbet
Bon anniversaire Francis Blanche !
Le brigadier toujours en Avignon
le brigadier festivalier
Le brigadier pour ce premier jour d’été
le brigadier de la mi-juin
Le brigadier frappe à la porte du ML
Ecoutez, c’est le brigadier...
Les voilà, Les trois coups du brigadier
Procès intenté par Madame TRAN To Nga à l’encontre de 14 firmes américaines.
L’agent orange-dioxine. Le tribunal d’Evry fait la sourde oreille
V’la le brigadier qui va reprendre du service
???? Cascade d’un poème ou quelle mouche te pique ????
L’agent orange-dioxine
Histoire d’un maillon faible
Vive les librairies d’occasion !
De Déborah Levy à George Orwell
Le printemps de la poésie
Les chants révolutionnaires d’EUGENE POTTIER (1816-1887)
Ma Chère Montagne
Ma terre empoisonnée de Tran To Nga
Les Grandes Traversées d’Helen JUREN
Brigadier même pas mort !
D’Anne Sylvestre à Camus
L’agent orange-dioxine : Résumé du procès qui a débuté ce 25 Janvier 2021 à Evry.
L’agent orange-dioxine
Passé, présent, futur
Pour qui vous prenez-vous ?
Bas les masques !
Les mots parlent d’eux mêmes
En attendant Godot... Isabelle Sprung.
Histoire de bus.
le brigadier tapera trois fois
Un biptyque
Elle
A propos de l’aquoibonisme
Bol d’air
Le théâtre de la vie
Double visite du brigadier
Une fantaisie du brigadier
le brigadier et la SORCIERE
Le brigadier néanmoins
Le retour du brigadier libertaire
Connaissiez-vous Henry Pessar ?
11e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Liberté j’écris ton nom
Connaissez-vous Velibor Čolić ?
Le RAT-roseur Rat-rosé...
10e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
9e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Mais ne dîtes pas n’importe quoi !
8e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Fourmi humaine
Sans visage
7e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Tous ces visages qui disent « ouf »
6e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
5e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
COVID 19 encore et encore
4e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
En relisant Baudelaire
3e partie des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Suite des entretiens à bâtons rompus de Patrick KIPPER
Qui se cache derrière son masque ?
CAMUS
Avoir ou ne pas avoir le coronavirus
Confidence de femme
Brigadier !
Le brigadier prend le Tramway, correspondance à Mouette
Et revoilà le brigadier !
L’essence d’un individu c’est son intimité
Le brigadier est de retour...
Je m’appelle Erik Satie, comme tout le monde
Et pendant ce temps Simone veille
Poètes ? Deux papiers...
A voir, deux spectacles au féminin
deux pièces (de théâtre) à visiter au 36, rue des Mathurins
du théâtre en ce début d’année : Saigon / Paris Aller Simple
aux vagues d’un poète
Spectacles de résistance à découvrir au théâtre
SPECTACLES AU FEMININ A LA MANUFACTURE DES ABBESSES
Nouveaux coups paisibles du brigadier : BERLIN 33
Au théâtre : POINTS DE NON-RETOUR. QUAIS DE SEINE
théâtre : l’analphabète
Au théâtre "Change me"
c’est encore du théâtre : Killing robots
Théâtre : QUAIS DE SEINE
théâtre : Et là-haut les oiseaux
Théâtre : TANT QU’IL Y AURA DES COQUELICOTS...
théâtre : l’ingénu de Voltaire
théâtre : Les témoins
Théâtre : un sac de billes
théâtre : Pour un oui ou pour un non
Les coups paisibles du brigadier. Chroniques théâtrales de septembre 2019
Au bord du trottoir
Histoire d’un poète
au poète orgueilleux
La brodeuse
Dans quel monde vivons-nous ?
Portrait d’hybride
Tout va bien
La lutte
Page 57
théâtre : Sang négrier
Théâtre : CROCODILES -L’HISTOIRE VRAIE D’UN JEUNE EN EXIL
Théâtre : Europa (Esperanza)
Théâtre : Léo et Lui
théâtre : THIAROYE - POINT DE NON RETOUR
"Pas pleurer"
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler