IFA > l’Internationale des Fédérations anarchistes
IFA
par Secrétariat de l’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA) le 15 juin 2015

l’Internationale des Fédérations anarchistes

Un article du secrétariat de l’IFA (Internationale des Fédérations Anarchistes)

EXTRAIT DU MONDE LIBERTAIRE HORS SÉRIE N°61 : NI MAÎTRE

Un peu d’histoire


L’IFA fut créée au congrès international de Carrare (Italie), en 1968, 10 ans après le congrès de Londres (en 1958) qui relança un certain dynamisme et des volontés de se diriger vers une organisation de l’anarchisme international. Le congrès de Carrare (dans la continuité de mai 68), fut la plaque tournante du travail qui avait été commencé à Londres. Les perspectives révolutionnaires trouvèrent un écho très important dans le congrès avec, d’un côté, la critique du marxisme, en rejetant l’illusion du "marxisme-libertaire", et, d’un autre côté, l’idée de l’importance du mouvement ouvrier comme acteur central d’une révolution anti-autoritaire possible.




En 1971 se tint, à Paris, le second Congrès anarchiste international, dans la continuité du mouvement de protestation qui était encore en vigueur, mais de plus en plus maltraité. À Paris, les compagnons et compagnes rencontraient de plus en plus de difficultés avec l’action militante, ce qui mena certains groupes à la seule recherche de l’efficacité et à l’adoption de mécanismes de majorité pour le fonctionnement de l’organisation. La confrontation qui eut lieu permit une clarification qui eut un impact sur les situations nationales et qui a toujours un effet aujourd’hui.

Le troisième congrès de l’IFA, eut lieu à Carrare en 1978. En développant une critique constructive de la lutte armée, le congrès développa la thèse selon laquelle « la violence révolutionnaire ne peut être comprise et acceptée sans l’existence parallèle d’un mouvement fort et organisé de travailleurs, d’accord sur les idées libertaires ».

En 1986, le 4e congrès eut lieu à Paris et traita de la situation syndicale. La situation fit apparaître deux positions différentes. Premièrement : soutien à l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) uniquement. Deuxièmement : soutien à une approche moins idéologique mais plus pragmatique avec participation aux grands syndicats réformistes. Cette différence d’approches existe toujours au sein de l’IFA.

Le 7e Congrès de l’IFA, qui se déroula à Besançon en 2004, adopta une motion d’ouverture vers l’ensemble du mouvement anarchiste.

En 2012, le congrès de l’IFA s’est tenu lors des Rencontres internationales de l’anarchisme de St-Imier. La Fédération anarchiste, l’IFA et la Fédération libertaire des montagnes / Espace noir (St-Imier) ont été à l’origine de cette rencontre qui rassembla toutes les familles de l’anarchisme et fit se rencontrer plusieurs milliers d’anarchistes du monde entier. Cette Rencontre a été un véritable succès tant au niveau de la participation des organisations anarchistes de tous les continents, des personnes présentes, que des perspectives militantes ouvertes.

Des projets en cours et à venir.


Depuis les Rencontres internationales de l’anarchisme, c’est la FA qui a la responsabilité du secrétariat IFA. Tout au long de ces années, nous avons essayé de maintenir et renforcer nos liens de solidarité, et d’aider et soutenir l’émergence de mouvements anarchistes dans des régions où il n’existait pas ou peu d’organisations.

Ainsi, nous avons développé nos contacts avec les pays du Maghreb, la Tunisie en particulier, afin d’apporter une aide matérielle au développement du mouvement anarchiste. Dernièrement (mars 2015), la FA et l’IFA ont co-organisé avec le groupe « Le Commun libertaire » de Tunis, les premières Rencontres anarchistes méditerranéennes dans le but de créer un "Réseau anarchiste de luttes sociales" qui se donne comme objectifs :

1- L’union des forces libertaires de la zone méditerranéenne dans l’affrontement de la politique d’oppression et d’exploitation adoptée par les États contre les peuples.

2- L’union et la coordination dans l’affrontement de toutes formes d’extrémisme quelques soient leurs dénominations et leurs références religieuses, ethniques ou autres, qui pourraient paralyser la volonté des peuples de se libérer et de se détacher de l’autorité du capitalisme.

Un autre chantier est ouvert en Amérique latine où nous développons des relations de solidarité, d’échanges d’informations, d’invitations communes et d’entraide avec les groupes anarchistes du Brésil, de Cuba, d’Argentine, du Mexique, du Chili, etc.

Récemment, la Fédération anarchiste du Mexique (FAM) a demandé son adhésion à l’IFA et un processus similaire est en cours au Chili, avec la Fédération anarchiste locale de Valvidia (FALV). Un projet de Rencontres anarchistes continentales est en cours.

La FA et l’IFA ont été invitées, ont soutenu et participé au congrès de constitution de la Fédération anarchiste d’Amérique centrale et de la Caraïbe (FACC), en mars 2015.

Solidarité face à la répression


L’IFA apporte son soutien aux groupes et individus anarchistes victimes de la répression que ce soit au Mexique, en Ukraine, en Espagne ou dans les Balkans. Partout dans le monde, le mouvement anarchiste doit faire face à une vague de répression féroce. Le renouveau des luttes sociales et des organisations anarchistes est vivement combattu par les États et leur police.

Solidarité internationale


L’IFA apporte aussi son soutien aux mouvements révolutionnaires de par le monde. Nous soutenons les luttes sociales et les tentatives de créer des espaces autogérés, en Argentine et à Cuba par exemple où nous apportons notre soutien pour que le mouvement anarchiste puisse ouvrir un centre social autogéré.

Depuis le début de la lutte autour de Kobane, l’IFA soutient le processus révolutionnaire au Rojava. Nous avons lancé une souscription internationale qui nous a déjà permis d’envoyer plus de 12.000 euros pour soutenir les luttes au Kurdistan contre l’oppression étatique et contre la barbarie religieuse.

Actualité de l’anarchisme international


L’Internationale des Fédérations anarchistes réaffirme que l’anarchisme est toujours la réponse actuelle et adéquate aux problèmes sociaux du monde entier. L’anarchisme, s’il veut s’intégrer dans son environnement, ne doit pas oublier qu’il est en constante évolution avec la réalité sociale et qu’il doit définir sa stratégie et son action pratique en conformité avec cette réalité. L’oppression et l’exploitation ne connaissent pas de frontières : le problème social ne peut être résolu qu’au niveau mondial. Pour cette raison, les anarchistes organisés se sont équipés d’un support approprié : l’Internationale des Fédérations anarchistes.

Cependant, nous considérons unanimement que l’IFA ne peut être une fin en soi. C’est un outil de coordination pour la lutte et, par conséquent, elle doit contribuer à fédérer l’ensemble du mouvement anarchiste international. L’IFA est une organisation fédéraliste, dont la vitalité réside dans les groupes locaux, dont le développement autonome est une garantie de la liberté et la capacité à développer des luttes efficaces sur le terrain, où chacun trace le chemin qui lui semble le plus en résonance avec le développement des idées anarchistes au sein de la réalité sociale où il travaille. Nous pensons que les organisations anarchistes doivent préfigurer la société future : nous ne renonçons pas à critiquer le principe de la majorité et sa conséquence, la logique électorale, critique qui a été centrale dans l’anarchisme, depuis sa source, lors du congrès de Saint-Imier en 1872. En renforçant nos liens, nos échanges, notre coopération avec les différentes organisations anarchistes, en accord avec le pacte associatif de notre Internationale, nous pouvons construire un anarchisme plus en phase avec le monde contemporain.

Nous réaffirmons l’importance de développer des pratiques autogestionnaires et horizontales éloignées de toute conception avant-gardiste, étrangère à l’anarchisme social et organisationnel. La cohérence entre moyens et fins n’est pas seulement une question éthique fondamentale, c’est aussi le signe distinctif d’une organisation sociale libertaire.

Notre internationalisme doit être à la hauteur des enjeux révolutionnaires que nous portons. Il doit marcher sur ses deux jambes : définition et diffusion de notre projet révolutionnaire ; construction d’alternatives sociales, économiques, de groupes de résistance populaires, de structures alternatives anarchistes. Les formes que des actions peuvent prendre sont aussi illimitées que notre imagination : du soutien réciproque contre la répression à la coordination d’initiatives, de l’aide mutuelle pour des projets autogérés aux campagnes communes, du partage de savoirs et de ressources à l’organisation de mobilisations internationales, etc. Et ce n’est pas limité aux fédérations qui font partie officiellement de l’IFA, mais cette solidarité est aussi étendue à beaucoup d’autres groupes avec lesquels nous sommes en contact, à tout ceux qui agissent pour un futur libertaire pour la planète entière.

Bien que rien ne puisse se substituer au travail de milliers d’anarchistes réalisé chaque jour dans tous les coins du monde, dans les rues, dans les quartiers et les lieux de travail, propageant les idées libertaires et construisant l’anarchie, nous sommes certains que la coordination et la solidarité internationale peut aider dans cette tâche. Au moins, il est bon de se rappeler que nous sommes nombreux et que nous sommes partout.

Cette analyse nous conduit à adopter une attitude ouverte et constructive à l’égard des composantes du mouvement anarchiste et à favoriser l’émergence d’un anarchisme social, fédéraliste.
PAR : Secrétariat de l’Internationale des Fédérations anarchistes (IFA)
secretariat@i-f-a.org
www.i-f-a.org
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 5 mars 2016 23:43:17 par sympas,

sympas d’avoir effacer tous les débats dans les commentaires depuis des années. Certains se poursuivaient, dans des commentaires d’artciles datant de plusieurs années.
Non, vraiment, sympas les gars..

2

le 5 mars 2016 23:44:28 par ee

soumis à validation... Ni dieu, ni maitre... Mon cul.. Slogan commercial parmi tant d autre.

3

le 6 mars 2016 14:41:10 par CRML

@ ee :
Ni dieu, ni maître, mais le respect des camarades qui nous ont mandatés pour que les principes de base qui nous unissent soient respectés ici.
Nous connaissons la fâcheuse tendance des rouges-bruns à venir semer la confusion partout où ils le peuvent, et la hargne des bleus marine à s’exciter sur tout ce qui ressemble à une pensée autonome : pas question de laisser les commentaires de ce journal devenir leur terrain de jeu.
Ne confonds pas "Ni dieu, ni maître" avec "ni foi, ni loi" : )

Cela dit, ton commentaire n’a aucun rapport avec cet article.

@ sympas :
rien n’est effacé, tout est archivé.
Et, là aussi, ton commentaire n’a aucun rapport avec cet article

Pour mémoire, il y a un formulaire de contact qui fonctionne parfaitement pour toutes vos questions ou remarques sur le site en général : )