Cinéma > Qui a tué Ali Ziri ?
Cinéma
par Christiane Passevant le 8 avril 2016

Qui a tué Ali Ziri ?

Film documentaire de Luc Decaster





Qui a tué Ali Ziri ? de Luc Decaster, est un film sur les violences policières et le deux poids deux mesures appliqué en toute légalité, et avec cynisme, par la justice de l’État français.

Distribué par Zeugma films, Qui a tué Ali Ziri ? est à présent en DVD. Il décrit la lutte déterminée d’un collectif de quartier, "Vérité et Justice pour Ali Ziri", pour enfin que soit reconnue la reponsabilité de ce qui s’est passé cette nuit du 11 juin 2009.

Lors d’un banal contrôle routier, Areski Kerfali, 61 ans, et son ami, Ali Ziri, 69 ans, sont interpellés par la police nationale d’Argenteuil. S’ensuit une arrestation musclée et raciste à l’encontre des deux retraités qui sortent d’une fête de mariage. Au commissariat, ils sont tabassés, puis transportés à l’hôpital. Ali Ziri est dans le coma et décède deux jours plus tard.
À partir de là, la police n’a de cesse de dissimuler les conditions de cette arrestation, de refuser de faire visionner à l’avocat chargé de l’affaire la vidéo qui montre l’intérieur du commissariat à cette date. Un commissariat voisin refuse d’enregistrer la plainte d’Areski Kerfali, sous prétexte qu’elle met en cause des collègues, et finalement des non lieux sont prononcés… Les conditions d’incarcération demeurent dissimulées, les violences sont niées par la police, malgré les preuves tangibles sur les corps des victimes et les témoignages qui confirment que le vieil homme n’a pas été secouru après avoir subi un passage à tabac.





Qui a tué Ali Ziri ? commence par une marche silencieuse avec, en tête du cortège, la banderole du collectif "Vérité et Justice pour Ali Ziri". La demande de vérité et de justice est un long chemin semé de provocations, de condamnations absurdes à l’encontre d’Areski Kerfali par la justice, alors que lui-même a été blessé pendant l’arrestation. Blâmer les victimes est un processus bien connu.





« Dans un pays où la police parle bien plus de ses droits que de ses devoirs, quel espace de liberté peut bien subsister pour les citoyens ? Ces droits revendiqués par les policiers ne peuvent que signifier, parallèlement, le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités. Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée, c’est toute la liberté d’expression qui 
se trouve mise en cause […]. Il est nécessaire que des témoins ou des observateurs se fassent entendre. [note] »
Le collectif "Vérité et Justice pour Ali Ziri" poursuit ses demandes de mémoire et de justice, même si celles-ci semblent un éternel recommencement…





Qui a tué Ali Ziri ? Film documentaire de Luc Decaster en DVD (Zeugma films). À signaler : Zeugma films a distribué Yamo, un film très personnel de Rami Nihawi évoquant la situation au Liban à travers une la relation d’une mère militante et de son fils, On a grévé de Denis Gheerbrant qui a filmé la grève de femmes travaillant à l’entretien des chambres d’hôtels dans des conditions de travail insupportables, ou encore Sud Eau Nord Déplacer d’Antoine Boutet sur le projet de transfert d’eau entre le Sud et le Nord de la Chine.
PAR : Christiane Passevant
SES ARTICLES RÉCENTS :
Rester debout
Dernier train pour Busan (Train to Busan)
L’effet aquatique
Toni Erdmann
Race (La couleur de la victoire)
Je me tue à le dire
Lea
Mimosas. La voie de l’Atlas
Contre-pouvoirs
La Reine de beauté de Leenane
40 ans des Productions de la Lanterne vus par leurs réalisateurs
In Jackson Heights
This is my Land
Argentina (Zonda)
À peine j’ouvre les yeux
Un monstre à mille têtes de Rodrigo Plà
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 7 avril 2016 15:56:25 par BRULEY Bernard

Je me suis particulièrement investi sur les bavures de la police d’Argenteuil, j’ai fait un courrier à la député de ma circonscription Mme Mari Lou Marcelle , qui m’a fait une réponse sur la séparation des pouvoirs, en deux mots elle ne pouvait rien faire.
Le parti socialiste mettra 6 mois pour rejoindre le collectif de défense de Mr Ali Ziri.
Pour moi les assassinats par la police Française de citoyen Algérien n’est que le résultat des plais non fermé du colonialisme.
Je me bats depuis plusieurs années pour faire connaître les crimes de l’armée Française concernant le événements de Sétif ,Guelma,Kheratta.
ET je conseille le livre de Jean Louis Planche Chronique d’un massacre annoncé.
ET je reconnais que j’ai beaucoup de difficultés avec la FA pour faire passer des infos !!
Dénoncer le colonialisme est une bonne porte d’entré contre le colonialisme.

Bernard