Religions et autres mythes > Comment j’en suis arrivée à pratiquer des jeux SM avec le cierge de ma première communion ?
Religions et autres mythes
par D1volt le 20 décembre 2016

Comment j’en suis arrivée à pratiquer des jeux SM avec le cierge de ma première communion ?

"Tu blasphèmes" pourrait-on me dire ; mais savent-ils que le blasphème est subjectif ? Savent-ils que le blasphème n’est que le résultat d’une peur, une peur créée par les valeurs que l’on nous a inculquées ?
Mon but est de devenir maître de moi-même à 100 pour cent, d’être capable de dire qui je suis et de l’expliquer. Je veux me creer, entièrement. Être responsable de moi-même, de mes actes, de mes choix et de pouvoir me justifier s’il le faut. En un mot je veux vivre consciemment.

La question qui a déclenché quelque chose en moi a été : "quelles sont mes limites" ?
Je me suis rendue compte que mes limites ne m’étaient pas imposées par moi-même mais par l’éducation que j’avais reçue, par la pression sociale, par le conditionnement des médias... Par des proches bienveillants mêmes. J’ai commencé à remettre tout en cause, j’ai voulu contrôler mes choix à la source. Pour cela j’ai procédé de la manière suivante. Il suffit d’avoir un raisonnement logique. Le plus dur en réalité c’est d’assumer.

Ceci est applicable dans la vie de tout le monde à tout moment. Quand TU t’interdis de faire ou de dire quelque chose ou à l’inverse que TU t’obliges à dire ou faire quelque chose demande-toi toujours "pourquoi ?" C’est un réflexe que l’on prend assez facilement. Il faut se répondre bien sûr de la manière la plus honnête possible. Et alors, ça ne tient qu’à toi de ne pas te mentir et d’avoir la réelle envie de faire avancer ta vie.

Une fois que l’on se demande "pourquoi ?" le reste coule de source. Voici un exemple.
Tu es invitée à un repas pour rencontrer ta belle famille pour la première fois. Au moment de choisir tes fringues tu as très envie de porter ta nouvelle mini jupe, elle te rend carrément canon et aujourd’hui tu as envie de te sentir canon. Il y a des matins comme ça ! Tu es alors très enjouée à l’idée de la porter et là tu te dis "NON". Tu te mets un stop ; pourquoi ? Pourquoi tu t’interdis de porter cette jupe ? La réponse je te la donne en mille : tu as peur que ta belle famille trouve cela indécent, tu as peur qu’ils te jugent et qu’ils aient une mauvaise image de toi, tu te dis ce n’est pas une tenue "convenable" pour un rendez-vous chez tes beaux parents... Tu vois, la seule motivation que tu as c’est la peur et l’anxiété de ne pas correspondre aux attentes qu’on a de toi.

Bien sûr je ne t’accuse pas de ne pas avoir porté de mini jupe le jour où tu as rencontré tes beaux parents ! Peut-être que cet exemple te parle ou peut-être pas du tout. Mais quoi qu’il en soit sache que le conseil du "pourquoi ?" s’applique constamment. Aussi il est important d’essayer de ne pas avoir d’a priori, cela aide vraiment dans l’acceptation de soi-même. Car si ça se trouve tes beaux parents sont hypra ouverts d’esprit et même que ta belle mère t’aurait demandé la boutique dans laquelle tu t’es procurée cette jupe !

Pour en revenir à mon histoire, appliquer cela m’a énormément aidée dans ma quête d’individualité. Je me sens mieux dans ma vie, tout simplement parce que je n’agis que selon moi-même et ça me rend heureuse (ou presque, car c’est laborieux. J’estime mes choix conscient à 85). De plus j’ai remarqué que les gens sont soit attirés par ceux qui osent ou soit ils les rejettent, selon leurs personnalités (parce qu’eux-mêmes ne le font pas justement). Cela fait donc que tu t’entoures de gens avec lesquels tu progresses de façon mutuelle pendant que les personnes néfastes s’en vont d’elles-mêmes. Suivre ses choix c’est donc aussi acquérir un cercle social sain, et ce n’est pas négligeable.

C’est donc sur le chemin de ma progression conscientisée que j’en suis venue à pratiquer des jeux SM avec le cierge de ma première communion. Pourquoi ? Car je n’avais rien d’autre sous la main pour satisfaire mon fantasme et que la religion ça me passe par-dessus la tête. Je ne me suis jamais considérée chrétienne, je n’ai pas fait ma communion de mon choix conscient et d’ailleurs en règle générale je me positionne contre les religions, quelles qu’elles soient. Bref, c’est un autre sujet... Ce qu’il faut retenir c’est que pour moi c’était une bougie comme les autres. Alors pourquoi pas ?
Ma mère s’en remettra.



PAR : D1volt
SES ARTICLES RÉCENTS :
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler

1

le 16 janvier 2017 13:47:23 par Bernard BRULEY

La religion n’est pas une personne, encore moins une race. Nous devons pouvoir l’examiner, l’étudier, la critiquer, la dénoncer, la tourner en dérision et même l’insulter. La liberté de blasphémer est inséparable de la liberté d’expression. C’est au nom de leur blasphème originel que Charb et les siens ont été assassinés le 7 janvier 2015. Être à la hauteur, être Charlie, c’est perpétuer la liberté fondamentale de blasphémer.