Chroniques du temps réel > 49.3 nuances de gré
Chroniques du temps réel
par bernard le 11 mai 2016

49.3 nuances de gré

Les Lamba du 3e, ils s’étaient dit qu’ils avaient besoin de changement alors, ni une ni deux, z’avaient pris le catalogue des meubles du Nord à essayer de monter soi-même .



Ah le beau catalogue avec de si jolies couleurs et ces pages pleines de choix possibles afin de satisfaire tous les désirs ou presque. Suffit juste de choisir et de faire confiance…

En 2002, c’était un autre catalogue que les Lambda feuilletaient. Ils se préparaient à aller voter au premier tour des présidentielles. Ah, quel beau catalogue ! Et toutes ces belles couleurs qui allaient du rouge bien rouge au « bleu, blanc, rouge » bien brun et puis, le rose, le vert, le bleu argenté…
16 produits proposés… Y en avait pour tous les budgets, tous les goûts ou presque. Suffisait juste de choisir et de faire confiance…


Le changement, c’est maintenant… alors fallait surtout pas se tromper de désir. Pas commode de faire passer une armoire normande pour un secrétaire…
Monsieur Lambda, il aime pas les complications… « Tu choisis ce qui te plait, tu fais un truc au feutre autour, tu cornes la page et moi je commande sur le site. » et il sort la carte bleue : numéro, date d’expiration, cryptogramme dans les starting-blocks…

Madame Lambda, elle veut un meuble de salon pour le mur face au canapé. Un beau meuble résolument suédois pour encadrer la télé résolument coréenne. Alors, elle cherche Madame Lambda, imaginant déjà sa télé-réalité préférée entre deux assiettes peintes rapportées de Lisbonne.
« Et s’il y a une p’tite place pour faire un bar, j’suis preneur… ».
7min52s plus tard, soit pratiquement deux secondes de moins que le record du monde du 3000m steeple masculin, la commande est finalisée, le paiement enregistré.
« Nous vous remercions pour votre commande, un mail de confirmation vient de vous être envoyé à votre adresse-mail ».
Les Lambda du 3e se voyaient déjà dans leur salon, posés sur leur canapé : elle, pensant à Lisbonne en regardant un sombre crétin sublimer un œuf-mayonnaise et lui, sirotant un petit porto en souvenir des dernières vacances…
Quinze jours plus tard, un message vint faire tomber une luciole dans leur potage :
« Suite à une erreur de notre service de la prospective, nous sommes au regret de ne pas pouvoir satisfaire votre commande 2245Y48/21. Le règlement de celle-ci ayant déjà été effectué, nous vous proposons de choisir entre les deux articles ci-dessous. Articles dont le prix est largement supérieur à celui de l’article manquant. »
Et les lambdas, médusés, de se retrouver à choisir entre un lit à baldaquin monstrueux et un salon de jardin avec parasol et balancelle. Pour eux et leur 3e étage…

Fini le catalogue avec toutes les couleurs du premier tour des élections présidentielles de 2002. Pour le deuxième tour, reste plus que le bleu argenté et le « bleu, blanc, rouge » bien brun.
Et surtout, en vérité on nous l’a dit : « Si tu ne votes pas, t’es disqualifié.e et tu ne viendras pas te plaindre si…»
Au premier tour Il y avait eu un nombre record de candidats, pourtant le taux d’abstention avait été, lui, le plus important depuis la création du suffrage universel direct 40 ans plus tôt…
Ainsi, bien que le grand cirque électoral ait affiché un nombre suffisant de numéros pour espérer remplir au maximum le chapiteau, de très nombreuses places restées vides avaient été la preuve flagrante de la désaffection ou la méfiance envers ce genre de spectacle.
De quoi effrayer le petit monde des monteurs de spectacles d’illusions.

Et c’est l’alerte générale entre les deux tours. Il fallait arriver à vendre du bleu argenté pour faire barrage à l’épouvantail brun.


Vendre, aux Lambda en lieu et place d’un meuble de salon, un lit à baldaquin en les menaçant de leur livrer un salon de jardin (avec hamac et balancelle) au 3e étage… Ils sont forts, ces publicistes !
Qu’importe, les Lambda du 3e… finalement, ce lit à baldaquin… Ils le méritaient, puisqu’ils avaient eu la bonne idée de feuilleter ce si beau catalogue. Pas donné à tout le monde de l’avoir. Ça se mérite…

Théorie de l’engagement, l’arme de destruction massive des marchands : « Seuls les actes nous engagent. Nous ne sommes donc pas engagés par nos idées, ou par nos sentiments, mais par nos conduites effectives ». Une fois la décision prise de confier leurs nuits au monstrueux lit à baldaquin, les Lambda du 3e ont finalement oublié leur meuble de salon. « Faudra qu’on invite les voisins pour leur montrer. Ils vont être verts de jalousie… Pas la peine de leur dire qu’on voulait un meuble avec un bar… L’était vieux, le lit d’avant… Il reste des olives ? ».

Pour le deuxième tour des présidentielles de 2002, l’arnaque a juste été magnifique : privé du catalogue épais du premier tour, le bon peuple de France n’avait plus qu’à choisir entre deux produits. La logique aurait voulu que les déçus du premier tour, leurs candidats étant en rupture de stock, auraient boudé la boutique en plus grand nombre… Que nenni, le bon peuple de France s’est rué dans les bureaux de vote pour bouter la bête immonde hors de France. Résultat, une forte diminution du taux d’abstention accompagnée d’une augmentation abracadabrantesque de 350% des voix pour le candidat bleu-argenté… Et cette crapule ayant obtenu un peu plus de 82% de suffrages exprimés de se sentir plébiscité par plus de 82% des Français.es… A la trappe les électeurs par dépit, exit les abstentionnistes, disparus les « sans carte à voter »… 82% des Français.es... grosse arnaque !...
Une arnaque pouvant en cacher une autre, les législatives de 2002…. « Seuls les actes nous engagent. Nous ne sommes donc pas engagés par nos idées, ou par nos sentiments, mais par nos conduites effectives »… Le bon peuple de France ayant plébiscité le monarque, il ne lui restait plus qu’à lui donner une très large majorité au Palais Bourbon…


Posés sur le canapé, les Lambda du 3e regardent le mur face à eux.
« On résume… Y a eu ce commercial qui nous a fait cadeau du catalogue avec de si jolies couleurs et ces pages pleines de choix possibles afin de satisfaire tous les désirs ou presque. Suffisait juste de choisir et de faire confiance…
- Il était pas allé voir tout le monde… les jeunes d’en-dessus, z’ont pas eu droit au catalogue…
- On avait choisi… Tu te souviens ce qu’on avait choisi ?
- J’sais plus, tout ce que je sais c’est que la carte… Z’ont trouvé le temps de la débiter à la commande.
Et puis y a eu le remplacement…
- On a bien fait de ne pas prendre le salon de jardin avec le parasol et la balancelle.
- On a même pas de balcon...
- Bien obligés de prendre l’autre truc, on avait payé
Mais c’est pas très utile sans la visserie… »

Main sur la télécommande.

« Alors tu crois que notre député va voter contre la loi travail ?
- Notre député, notre député… Moi, c’est surement pas lui que je voulais au début !
- Bien obligés, on allait pas voter pour l’autre.
- Bon, on va dire que c’est notre député à baldaquin… Tu crois qu’il va voter contre ? »

Déplorant une « alliance des contraires et des conservatismes » face au projet de loi, Manuel Valls a justifié le recours au 49-3 afin d’éviter de « revenir sur l’ambition et la cohérence du projet de loi et [d’]offrir le spectacle désolant de la division et des postures politiciennes dues à une minorité de blocage ». « Nous avons le devoir d’aller de l’avant, de dépasser les blocages [...], a-t-il affirmé. C’est cette exigence qui m’amène à engager la responsabilité de mon gouvernement. » « J’exprime une fronde contre la division », a-t-il ajouté. Pêché sur lemonde.fr

« Finalement, notre député nous est aussi utile qu’un lit à baldaquin sans sa visserie…
- Y a qu’à mettre un napperon dessus...»

PAR : bernard
SES ARTICLES RÉCENTS :
La propriété c’est le bol
pas la frite
on the road again
Comme un sale goût dans la tronche
Autour d’une pizza
Repas gaché
le fugitif
Ogres de barbarie
Caumare
La musique qui marche au pas...
Fermez des écoles, vous ouvrirez des prisons
Marée bleue sur la ZAD
comme une journée sans pain
Choisis ton camp, camarade !
Bébert le bousier
l’argent n’a pas d’honneur
"Ecce homo ! "
Education Nationale : une porte ouverte sur l’Armée
État de terrorisme
Terrorisme d’Etat
L’noisavé
Alors, rat... compte !
Révoltée !
C’est pour ton bien
Usine d’aliénés
Prédateur Social
Fourrière pour tous
Maudits codes-barres
Troisième démarque
11 novembre 2015, intervention à Joyeuse (Thème « exodes »)
Réagir à cet article
Écrire un commentaire ...
Poster le commentaire
Annuler